Lille : La métropole est prête à accueillir l’Agence européenne des médicaments

BREXIT Lille s'est officiellement portée candidate pour accueillir le siège de l'Agence européenne des médicaments s'il devait déménager de Londres...

Gilles Durand

— 

Illustration de médicaments
Illustration de médicaments — Alexandre GELEBART/20MINUTES

Le Brexit pourrait faire des heureux. Lille s’est portée candidate pour accueillir le siège de l’Agence européenne des médicaments (AEM) qui risque de devoir déménager de Londres, après la décision des Britanniques de quitter l’Union européenne. La demande a été formulée officiellement au président de la République, ont annoncé, mercredi, dans un communiqué commun, la maire (PS) de Lille, le président (SE) de Lille Métropole et le président (LR) de la région.

Le GIE Eurasanté comme atout

Selon les trois responsables des trois collectivités territoriales, « Lille est (…) un lieu extrêmement favorable pour l’accueil de cette grande institution ». Et de lister les différents atouts : le GIE Eurasanté qui regroupe le pôle de compétitivité Nutrition Santé Longévité, un bio-incubateur spécialisé en santé et le parc Eurasanté dédié à l’accueil d’activités, mais aussi le CHRU « important centre promoteur d’études cliniques pour l’industrie pharmaceutique » et la Faculté des sciences pharmaceutiques et biologiques, « une des plus importantes de France ».

>> A lire aussi : Et si le Brexit profitait à Strasbourg pour récupérer l'Agence européenne des médicaments

Sans oublier que Lille est à une portée d'Eurostar de Londres. Ce qui, pour les actuels salariés, n'est pas négligeable.

Environ 27.000 personnes travaillent au sein de la filière Santé des Hauts de France, générant un chiffre d’affaires global de plus de 11, 5 milliards d’euros, avec la présence de grands groupes pharmaceutiques.