Nord : Pour partir en vacances relax, appelez la police

SÉCURITÉ Comme chaque année, l’Opération tranquillité vacances permet aux habitants de partir l’esprit serein…

Mikael Libert

— 

Lors d'une patrouille OTV, un policier vérifie les accès de cette maison dans le Nord.
Lors d'une patrouille OTV, un policier vérifie les accès de cette maison dans le Nord. — M.Libert/20 Minutes

Comme les oiseaux migrateurs, l’Opération tranquillité vacances (OTV) renforcée revient chaque année au moment des grandes vacances. Ce dispositif mis en place par la police nationale en 1974 libère l’esprit des vacanciers et complique la tâche des cambrioleurs. Reportage à Armentières, près de Lille, avec une patrouille OTV.

Vendredi, en fin de matinée, Jean-Jacques, Steve et Danny s’apprêtent à partir pour une patrouille un peu particulière. A bord de leur fourgon tout propre, ils vont faire le tour d’un certain nombre d’habitations dont les propriétaires sont en vacances. Une fois la liste d’adresses et les avis de passage récupérés, ils partent en direction de leur première « cible ».

Gratuit, sur simple demande

« Nous avons environ 150 personnes qui ont rempli le formulaire OTV », assure le commissaire Loïc Barbotte, chef de la division d’Armentières et Béthune. Car, même si cette surveillance est gratuite, il faut tout de même en faire la demande et fournir quelques informations. « Les patrouilles sont spécifiques, ou pas, et totalement aléatoires afin que cela reste le plus dissuasif possible », poursuit le commissaire.

>> A lire aussi : Un dispositif pour protéger les entreprises des cambriolages

Les trois policiers arrivent sur le lieu du premier contrôle, une petite maison de briques rouges dans une rue banale. Jean-Jacques vérifie que les volets et la porte n’ont pas de trace d’effraction et jette un œil dans la boîte aux lettres, au cas ou. « Nous laissons un avis de passage dans la boîte aux lettres pour prévenir les propriétaires que nous sommes passés tel jour à telle heure », explique-t-il avant de remonter en voiture.

Rares flagrants délits

La troisième maison visitée se trouve au milieu des champs. « Pour les maisons individuelles comme celle-ci, nous faisons le tour de la propriété pour vérifier tous les accès », détaille Steve, gardien de la paix de 35 ans. La aussi, rien à signaler. « C’est très rare de prendre un voleur en flagrant délit, reconnaît Jean-Jacques, c’est un peu de la chance. Mais ça prouve peut-être que le système fonctionne bien ».

>> A lire aussi: Jean-Jacques, 55 ans, réserviste dans la police nationale dans le Nord.

Lui, au cours d’une précédente patrouille OTV, il a pourtant bien cru tomber en plein cambriolage : « Nous avons vu de la lumière dans une maison que nous devions surveiller. Mais c’étaient seulement les propriétaires qui étaient rentrés plus tôt de vacances et qui avaient oublié de prévenir », sourit-il. Retour au fourgon, en route pour une nouvelle visite car la liste est encore longue.