Nord: Encore trois passeurs présumés interpellés

MIGRANTS Trois individus soupçonnés d'aider au passage clandestin de migrants ont été interpellés le 11 juillet à Steenvoorde et Rouen...

Olivier Aballain

— 

La petite « jungle » de Teteghem a hébergé jusqu'à 200 migrants, d'Afrique et d'Asie.
La petite « jungle » de Teteghem a hébergé jusqu'à 200 migrants, d'Afrique et d'Asie. — M. Libert / 20 Minutes

Le préfet du Nord veut agir plus fort contre les passeurs. Trois individus, soupçonnés d’appartenir à une « filière » d’aide au séjour irrégulier et à la circulation des migrants, ont été interpellés lundi 11 juillet. Deux d’entre eux ont été arrêtés en marge du démantèlement d’un camp de migrants à Steenvoorde, et le troisième à Rouen.

Dans un communiqué, la préfecture se félicite que « les officiers de police judiciaire de la police aux frontières [aient] agi contre des criminels dans le même temps où l’Etat organisait la mise à l’abri de personnes vulnérables ». On ne sait pas si les présumés passeurs ont déjà été condamnés.

>> A lire aussi : Nord : Des passeurs présumés interpellés dans le camp de Grande-Synthe

La préfecture rappelle toutefois qu’une précédente opération menée le 6 juin dernier dans le camp de la Linière, à Grande-Synthe, a permis la condamnation de quatre passeurs à des peines « allant de 30 à 40 mois de prison ».

Une soixantaine de migrants évacués lundi à Steenvoorde

Lundi matin, en « application d’une décision de justice », les forces de l’ordre avaient procédé à l’évacuation d’un campement installé depuis 2008 sur un terrain « privé » le long de l’autoroute Lille-Dunkerque. Plus d’une soixantaine de personnes ont été délogées, et orientées vers une autre solution d’hébergement, avait assuré la préfecture.

Le préfet du Nord Michel Lalande estime que « le rôle de l’Etat est de protéger chacune de ces personnes et non de les maintenir dans des camps précaires, sous le joug de personnes peu scrupuleuses ».

Sur le blog Passeurs d’hospitalités, les soutiens des migrants font néanmoins valoir que les solutions proposées ne sont « pas réalistes » et que les expulsions « abîment un peu plus des personnes déjà très éprouvées ».