Nord: Morte de faim après la levée de sa tutelle

FAITS DIVERS Une jeune femme de 33 ans, qui vivait isolée, a été retrouvée morte de faim par les pompiers à Tourcoing...

Olivier Aballain

— 

Au centre l'immeuble où habitait la jeune femme retrouvée morte, probablement de faim, à Tourcoing en avril 2016
Au centre l'immeuble où habitait la jeune femme retrouvée morte, probablement de faim, à Tourcoing en avril 2016 — Google Street View

La découverte du corps date du mois d’avril, mais on n’apprend que cette semaine les désolantes circonstances dans lesquelles une Tourquennoise est décédée, plusieurs mois auparavant. Selon la Voix du Nord, la médecine légale a conclu que cette jeune femme de 33 ans, qui avait été placée sous tutelle après la mort de sa mère, était probablement morte de faim dans l’appartement qu’elle louait.

La tutelle est devenue caduque faute de réponse

La jeune femme était isolée depuis 2011 et le décès de sa mère, qui constituait, selon la Voix du Nord, sa seule famille. Une tutelle avait été mise en place pour deux ans en 2013 ( avant 2009, les mesures de tutelles couraient automatiquement sur 5 ans).

Selon les éléments rassemblés par le quotidien régional, la mesure de tutelle a dû être déclarée caduque en décembre 2015, car la jeune femme ne se présentait plus au tribunal pour son renouvellement. Le médecin chargé de l’examiner pour ce renouvellement n’avait pas, non plus, réussi à entrer en contact avec elle.

Les pompiers, appelés à cause de l’odeur, ont finalement découvert le corps le 27 avril, dans un état momifié, qui implique que la mort remonte à plusieurs mois. Le chat de la victime a été retrouvé dans le même état, à côté de sa maîtresse.

Contactée, la ville de Tourcoing n'a souhaité faire aucun commentaire sur ce triste dénouement, qui ne devrait faire l'objet d'aucune poursuite pénale.

Un précédent remarqué à Lille

En octobre 2012, un habitant du Vieux-Lille, Mamerto Rodriguez, avait été retrouvé mort depuis « au moins 15 ans » dans son appartement de la rue Saint-Jacques.

>> A lire aussi : Le squelette du vieux-Lille a fini par parler

Les services de la ville de Lille avaient indiqué qu’ils n’avaient pas le pouvoir de pénétrer dans son domicile tant qu’aucun trouble n’était rapporté. C’est un dégât des eaux qui avait finalement provoqué la découverte. Il avait fallu un an d’enquête pour retrouver des descendants, en Espagne.