Bataille de la Somme : Tout a commencé par de formidables explosions

MÉMOIRE Il y a cent ans, commençait la bataille de la Somme, le tournant de la première guerre mondiale. L’offensive avait été préparée de longue date, notamment pas des mineurs gallois…

Mikael Libert

— 

le cratère de la Boisselle, dans la Somme.
le cratère de la Boisselle, dans la Somme. — AP/SIPA

Il y a un siècle, c’était l’enfer. Vendredi, Le président de la République Française et la famille royale britannique assisteront aux commémorations du centenaire de la bataille de la Somme. Cette offensive des alliés durera plusieurs mois et coûtera la vie à des milliers de soldats. Mais tout a commencé, le 1er juillet 1916, à 7h28, par des explosions de « mines » dont le plus impressionnant cratère se trouve à La Boisselle, près d’Albert.

L’endroit est perdu au beau milieu de la campagne Picarde, à quelques kilomètres d’Albert. En arrivant dans le petit village de La Boisselle, il faut ensuite emprunter une route en cul-de-sac sur laquelle deux voitures peinent à se croiser pour atteindre le «trou de mine ». Au bout de quelques centaines de mètres, on aperçoit de nombreuses voitures et autocars stationnés sur le bas-côté de chaussée. L’objet de toute cette curiosité, c’est un immense cratère vieux de cent ans, le « Lochanagar crater».

«Jusqu'à 1200m dans le ciel»

Dans une petite baraque, un homme gagne sa vie en vendant différentes reliques de la première guerre mondiale. Casques, balles, baïonnettes, le tout dans un plus ou moins bon état. Il est aussi incollable sur l’histoire du site. « C’est de là qu’est partie la bataille de la Somme », affirme-t-il. Avec la main, il montre un petit bois situé à quelques kilomètres du trou. « Le tunnel part de là-bas pour arriver ici, sous les lignes allemandes », poursuit-il. Un panneau expose le témoignage d’un aviateur anglais qui survolait la zone au moment de l’explosion, le 1er juillet 1916. « Une colonne de terre s’est élevée dans le ciel jusqu’à 1200 m », raconte-t-il. Le cratère, lui, mesure 91m de diamètre sur 21m de profondeur.

>> A Lire aussi : Le 1er juillet, journée de tous les «dangers»

Ce sont des mineurs gallois qui se sont chargés de creuser le tunnel pendant de longues semaines jusqu’à arriver à 16m sous la ligne ennemie. Dans une petite salle, ils y ont déposé 25 tonnes d’explosif. Mais, selon le vendeur de reliques, tout ne s’est pas passé comme prévu : « Les Allemands ont entendu les mineurs creuser. C’est lorsque le bruit s’est arrêté qu’ils ont trouvé ça louche. Ils se sont repliés sur la crête en laissant quelques troupes sur place pour donner le change ». A 7h28, la mine était mise à feu et, deux minutes plus tard, l’assaut était donné. « Les Allemands les attendaient, ça a été un massacre », reconnaît l’historien amateur.

Une décharge

Pourtant, le site a bien failli sombrer dans l’oubli. Les gens du coin racontent que le trou de mine a longtemps servi de décharge ou de terrain de jeu aux jeunes qui venaient y faire du motocross. C’est un Britannique, Richard Dunning, qui a sauvé le cratère de la Boisselle. En 1978, il a tout simplement acheté le terrain et, aidé par quelques bénévoles, transformé l’endroit en lieu de mémoire entretenu grâce aux dons. Depuis, chaque 1er juillet, une cérémonie se tient au bord du cratère. Sauf que cette année, il y aura sans doute davantage de monde que d’habitude.