Loi travail et loi Peeters: Barrage franco-belge à la frontière

SOCIAL Les opposants français au projet de loi Travail se mobilisent avec des syndicalistes belges en lutte contre la réforme du temps de travail dans leur pays…

Olivier Aballain

— 

Contrôles sur 'ancien poste de douanes de Rekkem, sur l'A22.
Contrôles sur 'ancien poste de douanes de Rekkem, sur l'A22. — G. Durand / 20 Minutes

La France a son projet de loi Travail, la Belgique sa loi Peeters. Des manifestants des deux pays ont prévu de se retrouver à la frontière ce mercredi 8 juin en début d’après-midi, sur l’autoroute A22 au niveau de Rekkem (Nord), a découvert la Voix du Nord.

>> A lire aussi : Le gouvernement peine à éteindre la grogne sociale

A l’instar de certains de leurs camarades français, des syndicats et militants belges sont mobilisés depuis plusieurs semaines contre un  projet de loi porté par le ministre de l’Emploi Kris Peeters. Le Gouvernement belge espère rendre l’organisation du travail plus flexible en annualisant le temps de travail, tout en autorisant des semaines de travail pouvant atteindre 45h.

Contre la « destruction des droits sociaux »

« Loi Peeters comme loi Travail sont la conséquence des décisions des gouvernements européens d’imposer plus d’austérité, plus de destructions des droits sociaux et des services publics », indique une déclaration de l’intersyndicale française (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF et UNL) ce mercredi matin.

Le syndicat français CGT a donc mis en place une journée de mobilisation commune avec la deuxième fédération syndicale belge, la FGTB. Un départ est prévu côté français vers 13h30, à partir de la zone commercial Auchan Roncq.

Un barrage filtrant, avec distribution de tracts, est ensuite programmé au niveau de l’ancien poste frontalier de Rekkem, sur l’autoroute A22 reliant Lille à Gand.