Pas-de-Calais : La Cimade décerne à la préfecture deux «charter awards»

SOCIÉTÉ L’association de défense du droit des étrangers à « récompensé » plusieurs préfectures, dont celle du Pas-de-Calais…

M.L. avec AFP

— 

Des migrants à Calais.
Des migrants à Calais. — M.Libert/20 Minutes

Un prix qui risque de la pas faire plaisir. Mardi, la Cimade, association de défense des droits des étrangers, a décerné des «charter awards» à neuf préfectures qui «se sont illustrées en 2015 par leurs pratiques illégales ou abusives» en matière d'enfermement et d'expulsion des personnes étrangères.

Pratiques «constatées régilièrement»

«Enfermement en rétention de familles avec enfants mineurs, expulsion de personnes gravement malades, dispersion des exilés de Calais abusivement emmenés dans ces lieux de privation de liberté, expulsion vers des pays en guerre, enfermement de ressortissants français ou de personnes en situation régulière...». Ce sont ces pratiques, qu'elle «constate régulièrement», que la Cimade a souhaité mettre en lumière à travers ces «awards».

Lors d'une cérémonie, à la Maison des métallos à Paris, la présidente de La Cimade, accompagnée de ceux du Gisti, de Médecins du Monde, d'Emmaüs France et de membres du RESF, ont remis symboliquement dix prix, aux titres empruntés à des films, aux préfectures «les plus zélées»: celles de la Loire-Atlantique, de la Gironde, de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Seine-Saint-Denis, de Haute-Garonne, de la Vienne, du Doubs et du Pas-de-Calais.

Deux prix pour le Pas-de-Calais

Parmi elles, la préfecture du Pas-de-Calais a reçu deux prix: le prix «Retour en enfer», pour avoir expulsé des Soudanais du Darfour dans leur pays en guerre; et le prix «Tarzan, roi de la Jungle» pour avoir «emmené de force par avions et par bus plus de 1.200 personnes, pour les disperser en les enfermant illégalement dans sept centres de rétention». «Ces derniers sont réservés aux expulsions. Y enfermer des réfugiés venant de pays en guerre, donc inexpulsables, est illégal», rappelle l'association.