Lille: Les fêtards étaient enlevés en ville et dépouillés dans un champ

FAITS DIVERS Le secteur Masséna-Solférino a été le lieu d'une série d'agressions très violentes durant le mois de mai...

Cyprien Tellier

— 

La rue Massena, à Lille (archives).
La rue Massena, à Lille (archives). — M.Libert / 20 Minutes

Le secteur Masséna-Solférino, à Lille, est devenu un véritable terrain de chasse pour les malfaiteurs. Leur cible : Les noctambules. Après plusieurs semaines d’enquête, quatre individus ont été interpellés le 1er juin, rapporte la Voix du Nord, par la Sûreté urbaine de Lille.

Ils sont soupçonnés d’avoir agressé dix-sept personnes pour le seul mois de mai, allant jusqu’à les enlever en voiture pour les « cuisiner » en pleine campagne.

Les victimes, âgées de 20 à 35 ans, ont porté plainte pour avoir été brutalement volées et agressées par un groupe d’individus à la sortie des bars et des boîtes de nuit du quartier Masséna-Solférino. Méticuleusement organisée, la petite bande d’agresseurs répétait le même schéma à chacune de ses attaques.

Emmenés puis dépouillés en pleine campagne

Le commando commençait par interpeller une personne, a priori ivre, depuis une voiture, et l’incitait à monter dans le véhicule, prétextant qu’ils la déposeraient chez elle. D’après les témoins, en cas de refus la victime était parfois emmenée de force, direction la campagne. Là, entre Wambrechies et Quesnoy-sur-Deûle, le malheureux ou la malheureuse était menacé par une arme et prié de donner sa carte bancaire et son code, ainsi que certains objets de valeur.

La victime était ensuite relâchée au beau milieu des champs, sans téléphone ni chaussure. De leur côté, les malfaiteurs prenaient soin de dissimuler leur visage en allant retirer de l’argent.

>> A lire aussi : Il poignarde une jeune fille dans le métro et va acheter une peluche

Les suspects sont âgés entre 18 et 22 ans et habitent tous à Comines. Ils ont été placés en garde à vue mais ont refusé de coopérer et ont depuis été placés en détention provisoire, selon la Voix du Nord.

Lors des perquisitions, les policiers ont notamment retrouvé 6.000 euros en liquide, cinq montres et deux répliques de pistolet. Une information judiciaire a été ouverte.