Nord: Mariage posthume pour un couple homo à Marcq-en-Barœul

FAMILLE La ville de Marcq-en-Barœul a célébré l'union de deux hommes, dont l'un est décédé en juillet 2014...

Olivier Aballain

— 

Lille, le 25 novembre 2012. Illustration sur le mariage pour tous au salon du mariage et du PACS a Lille Grand Palais.
Lille, le 25 novembre 2012. Illustration sur le mariage pour tous au salon du mariage et du PACS a Lille Grand Palais. — M.LIBERT/20 MINUTES

L’amour au-delà de la politique, et même de la mort. La Voix du Nord rapporte que la mairie de Marcq-en-Barœul a procédé, le 28 mai, au mariage de deux hommes dont l’un est décédé brusquement en juillet 2014. L’opposition de principe à l’union homosexuelle, exprimée par le député-maire Bernard Gérard en 2012, a été dépassée.

Le mariage à titre posthume est une procédure exceptionnelle, prévue depuis 1959 par le code civil, mais possible uniquement sur autorisation de la présidence de la République. Une enquête auprès des proches a été menée, afin de corroborer les liens qui unissaient les deux futurs époux, et de vérifier que le défunt avait bien émis la volonté de célébrer cette union.

Aucun intérêt patrimonial

Dans le cas de Mark Pace et de son époux décédé, Bertrand d’At de Saint-Foulc, le mariage était programmé le 6 juillet 2014. Une rupture de l’aorte en avait décidé autrement. « J’ai voulu aller au bout de notre histoire », rapporte Mark Pace, à la Voix du Nord.

C’est un adjoint de Bernard Gérard, Alain Chastan, qui a célébré l’union, évoquant auprès du quotidien une « cérémonie très émouvante ». Cette union civile a une portée uniquement symbolique puisqu’elle n’a aucun effet sur la succession patrimoniale. Mark Pace, qui peut accoler son nom à celui de son époux, entend travailler à la mémoire de son défunt mari, chorégraphe de renom.