Nord/Picardie: Les trois bonnes nouvelles de l'économie régionale, mais...

STATISTIQUES L’Insee a dévoilé, ce mardi, le bilan économique 2015 de la nouvelle grande région. 20 Minutes vous épargne les mauvaises nouvelles pour ne livrer que les bonnes, avec des bémols…

Gilles Durand

— 

Illustration d'une agence d'intérim.
Illustration d'une agence d'intérim. — F. Elsner / 20 Minutes

Alors, ça va vraiment mieux ? Le bilan économique de la région Nord/Picardie, dévoilé ce mardi par l’Insee, donne quelques signes positifs de reprise, mais qui cache une tout autre réalité. 20 Minutes vous livre trois analyses de la situation révélatrices de cette ambiguïté.

Quand les migrants boostent l’économie touristique. Le tourisme régional se porte bien : sept millions de visiteurs en 2015 dont un quart d’étrangers. La baisse du nombre de Britanniques est compensée par les Belges, les Néerlandais et les Allemands. L’hôtellerie a le vent en poupe. Dans le Pas-de-Calais, le nombre de nuitées a même augmenté de 6 %. Effet Louvre-Lens ou tourisme de mémoire ? Pas du tout. C’est l’afflux des migrants à Calais qui provoque une partie de cette embellie économique : il faut loger les compagnies de CRS qui se relaient dans le Calaisis.

>> A lire aussi : Soixante-dix CRS en renfort pour gérer l'afflux de migrants à Calais

Quand l’intérim masque le chômage. Le nombre de demandeurs d’emploi est en recul dans tous les départements, sauf dans la Somme. En moyenne régionale, -0,2 % entre 2015 et 2014. Une bonne nouvelle en apparence, mais cette baisse s’explique en partie par la forte progression du nombre de contrats intérimaires dans tous les départements (+17,6 % dans le Pas-de-Calais). Le chômage baisse, mais la précarité augmente.

Quand la croissance génère la pollution. En un an, la vente de logements neufs a grimpé de 30 % et les immatriculations de voitures particulières ont augmenté de 9,5 %. Mais que penser de ce dynamisme économique dans une région qui accuse une des plus fortes pollutions atmosphériques et qui souffre d’un taux d’artificialisation des sols déjà très problématique, comme l’avoue la Direction régionale de l’Environnement (Dréal) ? La schizophrénie guette la région.