Migrants sauvés dans la Manche, deux britanniques inculpés

SOCIÉTÉ Les deux inculpés, ressortissants britanniques, se trouvaient à bord du bateau en perdition dans la Manche…

M.L. avec AFP
— 
Un hélicoptère des gardes-côtes britanniques.
Un hélicoptère des gardes-côtes britanniques. — ProSports/Shutterstock/SIPA

Lundi, deux Britanniques ont été inculpés pour avoir enfreint la loi sur l’immigration dans le cadre d’une enquête sur le sauvetage dans la Manche, dimanche, de vingt personnes, dont 18 migrants Albanais, a annoncé le ministère britannique de l’Intérieur.

Deux trentenaires britanniques

Les deux hommes, âgés de 33 et 35 ans, devaient comparaître devant la justice plus tard dans la journée lundi. Ils étaient présents à bord du canot gonflable qui a failli sombrer dans le détroit du Pas-de-Calais, dimanche.

D’importants secours déployés avaient permis de retrouver l’embarcation en perdition et de récupérer tous ses occupants sains et saufs. L’alerte avait été donnée par les migrants eux-mêmes qui avaient réussi à joindre leurs familles grâce à des téléphones portables. ce sont les familles qui avaient prévenu les secours.

Par ailleurs, le ministère de l’Intérieur a indiqué qu’un deuxième canot, soupçonné d’être lié au premier, a été retrouvé, dimanche, sur une plage à Dymchurch, sur la côte sud-est de l’Angleterre, en face de la ville française de Calais.

La liste des tentatives s’allonge

Mardi dernier, 17 Albanais et un Britannique avaient déjà accosté 150 kilomètres plus à l’ouest, dans le port de Chichester Marina, à bord d’un catamaran, avant d’être interpellés par la police.

Début février, quatre migrants iraniens, en perdition sur une embarcation dans la Manche, avaient été sauvés de la noyade grâce à un autre clandestin qui avait pu regagner la plage française de Sangatte et alerter les secours.

Fin mars, la Marine française a porté secours à trois migrants iraniens en difficulté dans un bateau pneumatique au large de Dunkerque.