Un canot avec 19 migrants chavire en tentant de traverser la Manche

MIGRANTS Les secours britanniques ont pu sauver une vingtaine de migrants après que leur embarcation a chaviré au large des côtes de Grande-Bretagne…

M.L. avec AFP

— 

Un hélicoptère des gardes-côtes britanniques.
Un hélicoptère des gardes-côtes britanniques. — ProSports/Shutterstock/SIPA

Dans la nuit de samedi à dimanche, dix-neuf migrants ont été secourus alors que leur canot gonflable commençait à prendre l’eau au large des côtes britanniques lors d’une tentative de traversée de la Manche.

Important dispositif de secours

Les garde-côtes ont reçu un appel d’urgence au large de Dymchurch, ville située en face de Calais, à 23h40, samedi. Le canot, avec 19 personnes à bord, a pu être localisé à 2h du matin, dimanche. Un hélicoptère de secours, en provenance de Lydd, a été déployé sur la zone, ainsi que des bateaux de sauvetage depuis les villes côtières de Dungeness et Folkestone.

« Nous avons été appelés à intervenir dans la nuit pour un bateau en train de chavirer avec une vingtaine de personnes à bord, entre Calais et Douvres », a de son côté déclaré le président de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) de Calais, Bernard Barron.

Ils ont contacté leurs familles

« Les naufragés, qui s’avèrent être des migrants, ont appelé leurs familles qui ont ensuite alerté les autorités, et les secours ont été déclenchés des deux côtés de la Manche », a-t-il ajouté, précisant que la mer était fortement agitée.

« Ceci confirme nos craintes : les passeurs sont prêts à employer les grands moyens. Mais le détroit est une véritable autoroute, présentant un grand danger pour ce type de traversée », a-t-il dit encore.

De rares tentatives

Les traversées de la Manche sur des canots sont rares. Les migrants optent habituellement pour deux voies principales : embarquer sur les camions empruntant les nombreux car-ferries effectuant la liaison Calais-Douvres ou monter sur les navettes de ferroutage du tunnel sous la Manche.

Début février, quatre migrants iraniens en perdition sur une embarcation dans la Manche avaient été miraculeusement sauvés de la noyade grâce à un autre clandestin qui avait pu regagner la plage de Sangatte (Pas-de-Calais) et alerter les secours.