Top 8 féminin: Les filles du LMRCV sacrées championnes de France!

RUGBY Elles ont battu Montpellier (18-7) en finale samedi...

Francois Launay

— 

Le LMRCV (en blanc) a éliminé Blagnac en demi-finale
Le LMRCV (en blanc) a éliminé Blagnac en demi-finale — Eric Morelle

Les belles histoires commencent parfois dans la douleur. Sacrées championnes de France samedi pour la première fois de leur histoires, les filles du LMRCV sont allées au bout de leur quête en battant Montpellier (18-7) pourtant triple tenant du titre.

Mais il était dit que cette saison rien ne résisterait à ces « putains de nanas » comme elles aiment se surnommer. Ce titre, elles s’en étaient faites une promesse dès le 21 septembre.

La promesse faite à Alice

La veille, lors d’un match de championnat contre Rennes, leur coéquipière Alice Dallery s’était grièvement blessée aux cervicales et risquait de devenir tétraplégique. Pour se soutenir dans cette difficile épreuve, les Villeneuvoises s’étaient retrouvées au club-house du club.

>> A lire aussi : Rugby: Une joueuse de Lille grièvement blessée aux cervicales

« On ne savait pas quel serait son sort. A l’époque, Alice était dans le coma et on avait peur. Mais on s’était dit qu’il fallait au bout pour elle. On s’était fait la promesse de la porter sur le bouclier de champion. On pensait qu’elle serait assise mais elle était bien debout. C’était magique », raconte, émue, Alexandra Pertus, vice-capitaine de l’équipe.

Les filles plus fortes que les garçons

Une image forte qui a précédé une soirée folle où les filles ont fait la fête jusqu’au petit matin. Après avoir échoué à deux reprises au pied du bouclier, les Nordistes ont atteint leur but. Et bien signifié que malgré la triste fin du LMR, le rugby régional était toujours bien vivant.

>> A lire aussi : Rugby: Le Lille Métropole rugby n'existe plus

« J’espère qu’on parlera de nous de plus en plus. On entend souvent parler des garçons mais on est là. D’accord, on n’est pas pros mais des titres de champion, il n’y en pas beaucoup », lâche la joueuse. Et depuis samedi, les filles ont défriché un territoire inconnu pour le rugby nordiste.