Attentats: Fin du déroutage des avions de Zaventem vers Lille

TRANSPORTS L'aéroport de Lille-Lesquin aura servi de base de repli pendant 50 jours pour les compagnies aériennes de Zaventem...

Olivier Aballain

— 

Un avion au décollage de l'aéroport de Lille-Lesquin
Un avion au décollage de l'aéroport de Lille-Lesquin — P. Huguen / AFP

Fin de la parenthèse belge à l’aéroport de Lille-Lesquin. La plateforme lilloise a servi de base de repli à plusieurs compagnies aériennes, après l’attentat du 22 mars à Bruxelles-Zaventem. La Voix du Nord rapporte ce mardi que le « dernier » vol dérouté de Bruxelles, opéré par Vueling, a décollé de Lesquin ce dimanche 8 mai.

>> A lire aussi : Solidaire avec Zaventem, l'aéroport accueille «un gros tiers» de passagers en plus

L’aéroport de Lille s’était vite adapté à l’afflux de trafic provoqué par la fermeture de Zaventem. Les compagnies EasyJet, Aegean Airlines et Vueling, qui opéraient déjà des vols en temps normal au départ de Lesquin,y ont reporté leur trafic bruxellois moins de 48h après les attentats. Le trafic a doublé par rapport à la normale, sans encombre, dans les jours qui ont suivi.

Lille-Lesquin en route vers les deux millions de passagers

Au total, le « dépannage » assuré par Lille-Lesquin aura duré une cinquantaine de jours, le temps que Zaventem rouvre ses installations. Le président de l’aéroport nordiste, Jean-Christophe Minot, faisait valoir, fin mars, que l’équipement était déjà dimensionné pour absorber un doublement des rotations. Dans la Voix du Nord, il explique que le trafic du mois d’avril montre une progression de 74 % par rapport à 2015.

L’an dernier, 1.541.000 passagers ont fréquenté l’aéroport de Lille (soit environ +25 % par rapport à 2010). La barre des 2.000.000 de passagers pourrait être franchie cette année.