Free: Les habitants de Villeneuve-d'Ascq s'opposent à la construction d'une antenne de 10 mètres de haut

TELEPHONIE Selon la mairie de cette commune du Nord, l'opérateur s'est comporté en «voyou» en installant une antenne-relais sans autorisation...

20 Minutes avec agence

— 

Le groupe Iliad, maison-mère de Free, présente des résultats 2015 en forte progression grâce à une augmentation de sa clientèle de près de deux millions d'abonnés, fixe et mobile confondus
Le groupe Iliad, maison-mère de Free, présente des résultats 2015 en forte progression grâce à une augmentation de sa clientèle de près de deux millions d'abonnés, fixe et mobile confondus — ERIC PIERMONT AFP

Les habitants de Villeneuve-d’Ascq (Nord) ont prévu cette semaine de se réunir pour déterminer comment s’opposer à Free. Motif de la discorde ? Le début des travaux d’installation d’une antenne d’environ dix mètres de haut sur un terrain privé, « sans autorisation, ni consultation ».

La mairie a d’ores et déjà choisi la voie judiciaire en dressant un procès-verbal transmis au procureur de la République. Les élus souhaitent voir l’antenne démontée au plus vite.

Free n’a « délibérément » pas respecté la procédure

L’arrivée de l’antenne en pleine zone résidentielle irrite particulièrement l’adjoint au maire délégué à l’environnement, André Laurent. « J’estime qu’il s’agit d’une méthode de voyou, car Free nous a répondu lorsque nous l’avons contacté que le traitement de (la) procédure était trop long et que, du coup, il s’en exemptait », fulmine l’adjoint cité par La Voix du Nord.

Cette procédure, qui prend au minimum cinq mois, oblige les opérateurs à présenter un dossier d’information étudié par le conseil de quartier, puis par un second comité. Cinq élus se réunissent ensuite et décident d’accorder ou non le droit d’implanter une nouvelle antenne-relais. Or pour André Laurent, c’est « délibérément » que Free n’a pas respecté ces différentes étapes.