Migrants: Les anglais plantent de nouvelles clôtures à Calais

SOCIÉTÉ Plusieurs centaines de mètres de hautes clôtures seront installées pour sécuriser davantage la rocade portuaire à Calais…

M.L. avec AFP

— 

Trois-cents mètres supplémentaires de clôtures vont être installés à Calais.
Trois-cents mètres supplémentaires de clôtures vont être installés à Calais. — S.ALCALAY/SIPA

Eviter les « invasions de migrants ». Le gouvernement britannique va financer l’installation de trois cents mètres de clôtures supplémentaires le long de la rocade portuaire de Calais. Les travaux seront effectués « d’ici l’été ».

Sécurisation «vitale» pour l'économie

« L’objectif est de prolonger de 300 mètres les grillages qui ont déjà été installés » le long de la rocade portuaire pour sécuriser le port de Calais, a affirmé à l’AFP le sous-préfet de Calais, Vincent Berton. La « sécurisation de la rocade est absolument vitale pour l’économie calaisienne et portuaire […] il est impératif d’en garantir la fluidité et d’éviter son invasion par des migrants qui tentent de monter dans les camions » pour rejoindre l’Angleterre, a-t-il ajouté.

Ces grillages, hauts de quatre mètres et comportant de la vidéosurveillance, sont « une mesure de sécurité passive qui permet de canaliser des flux » et « de mieux employer les forces de l’ordre à des endroits où elles sont plus utiles, pour faire, notamment, de l’interpellation », a expliqué le sous-préfet.

Un projet de mur végétalisé

La pose d’un mur végétalisé jusqu’à l’autoroute A16 est également à l’étude, selon le président du port de Calais Jean-Marc Puissesseau. « On ne peut plus continuer à perdre du chiffre d’affaires à cause des migrants ! », a-t-il dit.

La pose des nouveaux grillages devrait commencer « avant la fin du mois de mai » et devrait être terminée « avant l’été », a déclaré de son côté le président du port, affirmant que l’enveloppe britannique globale pour le grillage et le mur était de l’ordre de huit millions d’euros.

Depuis le début d’avril, un regain de tension se fait observer la nuit sur la rocade avec, notamment, des jets de troncs d’arbres ou des traverses de chemin de fer sur la chaussée par des migrants afin de stopper des camions.