Nord: Les 4 ingrédients du succès de Gür, le roi nordiste du kebab

ÉCONOMIE La recette d'une dynastie du kebab, qui a démarré a Roubaix en 1990...

Olivier Aballain

— 

Vue du futur Gür kebab de Lezennes
Vue du futur Gür kebab de Lezennes — Agence S. Duca Architecte DPLG

Un développement patient et réfléchi plutôt qu’une ascension fulgurante. L’ouverture, le 4 mai, du plus grand kebab de France et (peut-être d’Europe) près du stade Pierre-Mauroy, consacre la stratégie de Gür Kebab.

>> A lire aussi : Nord: Le «plus grand kebab d'Europe» ouvre près du stade de Lille

Avant d’ouvrir au public ces 863 m² au design impeccable, la chaîne de restauration rapide est partie d’un petit commerce à Roubaix, en 1990.

  • Ingrédient n°1 : Maîtriser la croissance

Semsettim Gür a rejoint Roubaix, en provenance de Borsa (Turquie), pour travailler dans le textile. Il a ouvert son premier kebab en y réinvestissant sa prime de licenciement du peignage roubaisien Amédée Prouvost. Le deuxième établissement a suivi cinq ans plus tard, à Tourcoing, mais il aura ensuite fallu patienter plus de dix ans pour que l’enseigne prenne son envol à Lille et Leers. Aujourd’hui Gür Kebab emploie 160 salariés, auxquels vont s’ajouter 30 embauches pour Lezennes.

  • Ingrédient n°2 : Rester en famille

Le papa Gür, Semsettim, a vite passé le relais à ses trois fils Umit (37 ans), Cuneyit (36 ans) et Mesut (29 ans). Aujourd’hui, la famille maîtrise encore tout. « Ce que l’on veut c’est pouvoir être présents, physiquement, dans chacun des restaurants », explique tranquillement Mesut Gür. Depuis la recette « secrète » de la viande épicée jusqu’à l’aménagement des établissements et de leur cuisine, tout doit être conforme aux règles qui ont fait le succès de la marque « Gür ». Même la télé turque en est plutot fière apparemment, comme le montre le sujet ci-après

  • Ingrédient n°3 : Creuser son sillon

Mesut Gür énumère calmement les clefs du succès rencontré par la marque : une cuisine grande ouverte sur la salle, ce qui n’est pas toujours le cas dans les fast-foods, des assiettes à prix abordable (pas seulement des sandwiches) pour accueillir les familles, une hygiène irréprochable : « Mon père, au début, pensait uniquement accueillir des clients d’origine turque. Aujourd’hui tout le monde vient chez nous, y compris des grands-parents avec leurs petits enfants ». Le large espace du nouveau restaurant de Lezennes va même permettre de tester un bar à salades, « entièrement végétarien ».

  • Ingrédient n°4 : Investir les zones commerciales

Depuis 2014, Gür s’intéresse aux centres commerciaux, grâce au franc succès rencontré par le restaurant de Leers (où 40 % du chiffre est réalisé en « drive »). Selon Mesut Gür, d’autres investissements sont en cours dans des zones chapeautées par le groupe Auchan. En outre, l’enseigne travaille à la mise au point d’un modèle afin de commencer à essaimer en franchise, avec des indépendants.