Lille: Un homme dépose plainte pour violences policières après la manifestation du 31 mars

SOCIÉTÉ Un Lillois, victime présumé de violences policières lors des manifestations contre la loi travail du 31 mars, a saisi la justice. Une enquête de la police des polices est en cours…

Mikael Libert

— 

Un Lillois aurait été victime de violences policières lors des manifestation du 31 mars (illustration).
Un Lillois aurait été victime de violences policières lors des manifestation du 31 mars (illustration). — G. Varela / 20 Minutes

Violences policières ? Au matin de la très forte mobilisation contre le projet de loi El Khomri, le 31 mars, deux hommes avaient été interpellés en marge d’une manifestation spontanée précédant le grand rassemblement qui était prévu à 14h30. L’un d’eux, un Lillois de 31 ans, a finalement décidé de porter plainte, estimant avoir été victime de violences policières. Selon la Voix du Nord, une enquête de l’IGPN (police des polices) est en cours.

Une photo sur Twitter

Tout est parti d’une image, publiée par le photographe Julien Pitinome sur son compte Twitter le 31 mars. On peut y voir au moins sept policiers interpeller sans ménagement deux personnes du côté de la Porte de Paris, à Lille.

Peu de temps avant, ces deux manifestants s’étaient joints à un groupe de personnes qui bloquaient le périphérique du côté du siège de région. L’un des deux manifestants interpellés, c’est Florent, qui se présente comme un informaticien de 33 ans « habitué à ce type d’action » et pour qui « le principe de non-violence est très important ». Dans le témoignage qu’il a livré au collectif de photographes Oeil, Florent expliquait qu’après avoir été évacués par la police de l’entrée du périphérique, les manifestants s’étaient retrouvés pris « en étau » par les forces de l’ordre dans une rue plus loin. Il aurait ensuite glissé sur les pavés en voulant fuir et c’est à ce moment que la photo a été prise.

Les versions divergent

Le jour même, une source policière avait confirmé à 20 Minutes l’arrestation et le placement en garde à vue des deux personnes visibles sur la photo. Cependant, cette même source avait expliqué que, lors de leurs auditions, les deux personnes avaient affirmé se trouver là par hasard, niant leur participation à la manifestation. Par ailleurs, Florent avait vu un médecin (l’autre avait refusé) qui ne lui avait pas délivré l’ITT. Toujours selon la police, aucun des deux interpellés n’avait exprimé son intention de déposer plainte et ils avaient été libérés vers 15h.

>> A lire aussi : Au tribunal, étudiants et manifestants confrontés à la justice

Plainte tardive

Ce n’est que plusieurs jours après les faits que Florent a donc décidé de saisir la justice. Selon la Voix du Nord, il a vu un autre médecin qui, lui, s’est prononcé sur une ITT de trois jours. Le Lillois a pris un avocat et une plainte a été déposée pour « violences en réunion par des personnes dépositaires de l’autorité publique ». Lundi, le parquet de Lille a saisi l’Inspection générale de la police nationale pour enquêter sur ces faits.