Lille: Comment Transpole a fait chuter le taux de fraude

TRANSPORTS La filiale de Keolis a déployé de gros moyens pour faire enfin baisser le taux de fraude sur son réseau à Lille...

Olivier Aballain

— 

Des contrôleurs sur le réseau Transpole.
Des contrôleurs sur le réseau Transpole. — M.Libert/20 Minutes

Le principal problème de Transpole est peut-être en train d’être réglé : le taux de fraude du réseau de transports lillois, qui avait atteint des sommets en 2014 avec 18,3 % de resquilleurs, a chuté à 14,4 % en 2015.

>> A lire aussi : Lille: Le taux de fraude chute enfin sur le réseau Transpole

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces bons chiffres, issus de l’enquête annuelle réalisée pour le compte de la métropole européenne de Lille (MEL).

  • Mobilisation générale sur les contrôles

En deux ans, la direction de Transpole confie avoir recruté près de trente contrôleurs supplémentaires (+15 % des effectifs). Gérald Darmanin, le vice-président aux Transports, s’en était félicité en octobre, tout en rappelant que le transporteur ne respectait pas, jusque-là, son obligation de 3,5 % de voyages contrôlés. Une fois par an, Transpole invite d’ailleurs l’ensemble de ses 2.800 salariés à participer à une journée de prévention de la fraude.

Résultat : Le nombre de procès-verbaux est passé de 146 000, en 2014, à 168 000 en 2015. A 89,50 € l’amende, cela doit dissuader les fraudeurs occasionnels, qui représenteraient les deux-tiers des resquilleurs.

  • De nouveaux outils.

L’instauration de contrôles en civil, dans les bus notamment, permet à Transpole de repérer plus efficacement les voyageurs qui ne valident pas leur titre de transport. Mais Transpole a mis en place d’autres innovations, comme la possibilité de remplacer une première amende par un abonnement de deux mois. En 2015, l’échange (appelé « troc it », en interne) a séduit 4 200 contrevenants… qui deviennent autant de clients réguliers.

  • L’aide des pouvoirs publics.

La police nationale est davantage associée aux opérations de contrôle. Combiné aux coups de mains de la police municipale dans 4 villes (Roubaix, Tourcoing, La Madeleine et Marcq-en-Barœul), le dispositif améliore la fiabilité des relevés d’identité et donc le recouvrement des amendes, qui est encore inopérant dans 70 % des cas. En 2015, 300 contrôles en présence de forces de police ont ainsi été réalisés, contre seulement 130 en 2014.