Attentats à Bruxelles: Depuis le 13 novembre, 10.000 personnes ont été refoulées aux frontières françaises

TERRORISME Les contrôles vont encore être renforcés après les attentats de Bruxelles...

Francois Launay
— 
La frontière entre la France et la Belgique, à Godewaersvelde
La frontière entre la France et la Belgique, à Godewaersvelde — Philippe Huguen AFP

Quelque 1600 policiers et gendarmes pour renforcer les contrôles dans différents lieux publics et aux frontières notamment dans le Nord. C’est l’annonce faite ce mardi par Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, après les attentats de Bruxelles. Une annonce qui devrait un peu rassurer les policiers débordés.

Le préfet du Nord-Pas-de-Calais-picardie annonce, lui, que 1.500 membres des forces de l'ordre sont mobilisés actuellement pour la surveillance de la frontière franco-belge, des axes routiers, des aéroports, les gares et ports de la frégion. Six compagnies mobiles renforcent notamment les unités présentes aux frontières.

>> A lire aussi : Explosions à Bruxelles: « On a vu des gens sortir en courant de la station, des gens pleurer dans la rue»

« La France n’est pas un gruyère »

Car depuis les attentats de Paris du 13 novembre, les contrôles aux frontières ont été renforcés. Et des résultats concrets ont eu lieu : « Sur l’ensemble du territoire, 10.000 personnes n’ont pas été admises aux frontières françaises. Ça prouve que la France n’est pas un gruyère », déclare Arnaud Boutelier, secrétaire départemental dans le Nord du syndicat Alliance.

Plus de 400 points de passage frontaliers dans le Nord

Pour autant, difficile dans le Nord de contrôler les 400 passages frontaliers existants entre la France et le Belgique. « Pour contrôler tous les points de passage, tous les jours, il faudrait 2 à 3000 policiers et/ou gendarmes supplémentaires. Il y a un manque de moyens et d’effectifs », constate Arnaud Boutelier.

Renforcement des contrôles aux péages et frontières

Même si des premières mesures viennent d’être mises en place depuis ce mardi. Comme l’annonce la préfecture du Nord, des contrôles autoroutiers aux péages et aux principaux points de passage frontaliers viennent d’être renforcés. Un pas important dans un chantier qui reste immense.