Nord: Le gendarme vendait de la drogue pour arrondir ses fins de mois

JUSTICE Le tribunal correctionnel de Douai a condamné, mardi, un ancien gendarme pour vente de stupéfiants…

Mikael Libert

— 

Pour arrondir ses fins de mois, le gendarme vendait du speed.
Pour arrondir ses fins de mois, le gendarme vendait du speed. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

C’est le monde à l’envers. Mardi, un ancien gendarme a été condamné à une peine de prison avec sursis pour avoir revendu de la drogue sur le parking d’une discothèque en Belgique rapporte la Voix du Nord.

Si les faits remontent à 2012, l’audience, elle, s’est déroulée ce mardi au tribunal correctionnel de Douai, dans le Nord. Un jeune homme de 27 ans comparaissait pour s’être fait pincer en flagrant délit de revente de speed sur le parking de la discothèque le Cap’tain à la frontière belge.

Gendarme et dealer

Le problème, outre le fait que la vente de stupéfiants est interdite par la loi, c’est que le prévenu était gendarme à l’époque. A la barre, l’homme tente de s’expliquer en faisant état de problèmes d’argent et de la nécessité de « faire de l’argent facile ». Il se serait mis à vendre des stupéfiants après avoir été « influencé par de mauvaises personnes ».

L’ex-gendarme n’était pas toxicomane pour autant et, aujourd’hui, il est rangé des voitures. Il travaille dans la restauration. Le tribunal l’a tout de même condamné à une peine de six mois de prison avec sursis.