Nord: Les trois enjeux des deux législatives partielles

POLITIQUE Le premier tour des législatives partielles se tient dimanche dans les circonscriptions quittées par Xavier Bertrand et Gérald Darmanin...

Olivier Aballain

— 

Illustration vote dans le Nord en 2011
Illustration vote dans le Nord en 2011 — M. Libert / 20 Minutes

Répétition générale. Trois mois après les régionales, deux circonscriptions du Nord-Pas-de-Calais-Picardie retournent aux urnes ce dimanche 13 mars. A Tourcoing (10e circonscription du Nord*) et Saint-Quentin (2e de l’Aisne*), les démissions de Gérald Darmanin et Xavier Bertrand entraînent des législatives partielles en forme de test régional et national.

  • En région, un coup de sonde

A Tourcoing comme à Saint-Quentin, les candidats LR ont été adoubés par les députés démissionnaires : Vincent Ledoux (maire de Roncq) et Julien Dive (maire d’Itancourt) ont reçu les soutiens appuyés de Gérald Darmanin et Xavier Bertrand.

Et comme ces deux « sortants » sont aussi les n°1 et 2 du nouveau conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie, les législatives se transforment logiquement en premier bilan des régionales.

>> A lire aussi : C'est toujours l'état de grâce pour Xavier Bertrand

La cote de popularité élevée de Xavier Bertrand, illustrée il y a quelques jours par un sondage Odoxa/Voix du Nord, jouera-t-elle en faveur de Julien Dive ? « Chacun a sa personnalité, mais je veux évidemment poursuivre son travail », indique l’intéressé. Il reste une grande inconnue : le taux d’abstention, toujours élevé lors d’une législative partielle.

  • Au national, le test droite/extrême droite

A qui profitera la mauvaise passe du Gouvernement ? Depuis 2012, les électeurs sont plutôt conservateurs lorsqu’il s’agit de remplacer un député démissionnaire lors d’une législative partielle. Mais le vote Front National empêche Les Républicains de transformer le mécontentement des électeurs en succès retentissant. En 2012, le FN avait fait 18,1 % des voix dans la 10e circonscription du Nord, et 16,3 % dans la 2e de l’Aisne. La marge de progression est réelle, et Xavier Bertrand ne l’avait emporté que de 200 voix face à la candidate PS Anne Ferreira dans l’Aisne en 2012…

  • A gauche, l’éclatement est de rigueur

La gauche est représentée par cinq candidats à Tourcoing et à Saint-Quentin. Dans l’Aisne, le parti communiste réussit même le tour de force de présenter à lui seul deux candidats, l’un avec l’étiquette Front de Gauche, et l’autre, PCF.

A Tourcoing, une tentative de réunion EELV-PCF-Parti de gauche a tourné court, au grand dam de ce dernier qui a dénoncé un « scénario regrettable qui n’est pas sans rappeler celui des élections régionales ». Les candidats PS Alain Mezrag (Tourcoing) et Anne Ferreira auront probablement fort à faire pour se qualifier au 2e tour. Une sorte de répétition avant 2017.

*Huit candidats se présentent dans la 10e circonscription du Nord : Thierry Combas PCF), Guillaume Haelters (MRC), Christophe Charlon (LO), Olivier Descamps (EELV), Vincent Ledoux (LR-UDI), Virginie Rosez (FN), Alain Mezrag (PS) et Nicolas Rousseaux (SE).

Neuf candidats se présentent dans la 2e circonscription de l’Aisne : Julien Dive (LR-UDI), Éric Norel (SE), Belaidi Lograda (SE), Anne Zanditénas (LO), Michel Magniez (EELV), Sylvie Saillard-Meunier (FN), Gérard Brunel (FdG), Anne Ferreira (PS) et Corinne Becourt (PCF).