Enfant tué lors d'un rallye : L'avocat du pilote pointe la présence de spectateurs

ACCIDENT Le pilote a été mis en examen lundi, à Arras. il est soupçonné d'avoir pris du cannabis…

— 

«Il est absolument inconcevable de constater que des spectateurs pouvaient se trouver à 30 m du début de l'échappatoire sans aucune protection particulière, puisque la seule protection, si j'ose dire, n'en était pas une, il s'agissait simplement d'un cordon rouge et blanc». La ligne de défense tracée par Me Xavier Brunet, l’avocat du pilote mis en cause dans la mort du garçonnet, dimanche soir, est claire.

«En état de choc»

Selon l'avocat, Fabien Véricel, alors en tête du rallye, s'est aperçu qu'il n'allait «pas pouvoir prendre (une) épingle à gauche sans provoquer une sortie de route éventuellement dommageable pour d'autres personnes» et a décidé de prendre l'échappatoire. Me Brunet espère que l'enquête précisera «les raisons pour lesquelles des spectateurs peuvent se trouver là alors qu'on sait qu'il s'agit d'une fin de ligne droite et que les véhicules arrivent là à toute allure».
    
«Le fait qu'il soit responsable de la mort de cet enfant c'est évident, mais la responsabilité au plan civil est nettement distincte de la responsabilité au plan pénal. Et sur le plan pénal, je considère que l'on ne peut rigoureusement rien lui reprocher», a-t-il affirmé.

Evoquant Véricel, Me Brunet a expliqué avoir «vu un garçon qui est en état de choc, au point d'ailleurs qu'il a été hospitalisé durant sa garde à vue». «Les pensées de mon client vont à la victime et sa famille», a-t-il ajouté. Il «n'a plus du tout envie de prendre le volant d'un véhicule de compétition automobile», a affirmé l'avocat.

Analyses d'urine

Le pilote a été mis en examen lundi à Arras pour «homicide involontaire», et placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris de source judiciaire. «Les analyses d'urine ont montré que vraisemblablement il avait consommé du cannabis», a déclaré à l'AFP le procureur de la République d'Arras Jean-Pierre Valensi, précisant que des analyses de sang étaient en cours concernant l'usage de stupéfiant. Le pilote a été laissé libre sous contrôle judiciaire avec interdiction de conduire, a-t-il ajouté.

L'accident s'est produit lors du Rallye du Béthunois, samedi vers 18h: sa voiture, une Toyota Corolla WRC, est sortie de la route dans un virage en épingle, avant d'aller percuter l'enfant qui est décédé de ses blessures.

Véricel, alors leader de la course, a fait un «tout droit» sur une trentaine de mètres. Le garçonnet était derrière une zone délimitée avec des rubans et n'a pu s'écarter contrairement à un groupe de spectateurs. L'enfant, prénommé Simon, originaire d'Haillicourt (Pas-de-Calais) et qui allait avoir 6 ans en octobre, est décédé peu après l'arrivée du SMUR et des pompiers.

«Pilote chevronné»


Fabien Véricel, originaire de la région lyonnaise, possède une licence fédérale depuis 1993. C'est «un pilote chevronné, avec une grosse expérience», selon Georges Colin, responsable du service presse du rallye du Béthunois.

La ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie doit réunir «dès cette semaine les représentants des organisateurs de rallye et l'ensemble des services concernés pour arrêter avec eux les mesures de nature à éviter le renouvellement de semblables accidents», a indiqué le ministère dimanche.