Lille: Gagnants et perdants du plan de déplacements

URBANISME La ville de Lille a présenté ce 24 février une modification en profondeur du plan de circulation en centre-ville...

Olivier Aballain

— 

La Grand' place de Lille (illustration).
La Grand' place de Lille (illustration). — M.Libert / Archives 20 Minutes

« On n’avait pas fait un tel changement depuis plus de 25 ans. » Jacques Richir, l’adjoint au maire de Lille en charge du plan de déplacements, reconnaît que le plan présenté ce 24 février fera date dans la ville.

Le principe de base est simple : « Supprimer le trafic de transit », c’est-à-dire la possibilité de traverser le centre-ville de part en part. Ainsi la Grand-Place sera encore accessible aux voitures, mais il faudra la quitter par la rue Esquermoise, qu’on l’aborde par l’ouest (rue nationale) ou par l’est (rue des Manneliers).

Les travaux d’aménagement devraient se concentrer principalement sur juin et juillet, pour une entrée en vigueur d’ici au 26 août.

  • Les gagnants : Les modes de déplacement « doux »

L’association « Droit au vélo » n’y va pas par quatre chemins : « Nous sommes globalement très satisfaits ». L’association apprécie la généralisation des zones 30 à tout le Vieux-Lille, et les doubles sens cyclables qui vont avec. « C’est un vrai pas en avant vers l’apaisement de la circulation en centre-ville ».

>> A lire aussi : Que faire pour réduire l'accidentologie des cyclistes ?

De leur côté, les artisans d'une Grand-Place piétonne semblent eux aussi apprécier : « C’est un mouvement dans la bonne direction, qui rééquilibre les choses en faveur des piétons et des cyclistes », plaide Julien Tabareau, membre du collectif « Place aux piétons » (et du parti EELV).

  • Les perdants : Les Lillois « de passage »

« Il faudra un temps d’adaptation », concède Jacques Richir. Le plan de déplacement est pensé en « sept boucles » qui permettent chacune d’accéder à un point du centre-ville ou du Vieux-Lille, sans passage de l’une à l’autre.

Exemple : Le changement de circulation rue Basse, qui ne pourra plus servir d’axe est-ouest mais obligera à bifurquer rue Masurel, empêchant toute traversée de part en part. La rue Royale mise à double sens rendra également impossible la dépose en double file, souvent pratiquée par les parents d’élèves d’établissements scolaires.

« Les modifications sont tellement nombreuses qu’il est difficile de savoir quel sera l’effet à terme », résume Patrick Bonneaud, représentant des acteurs économiques du centre-ville (Gael). « Mais nous avons constaté que l’accessibilité aux parkings était préservée, ce qui est déjà une bonne chose ».

Pour l’union commerciale de la rue Esquermoise, François Kann se désole de voir que l’on « facilite surtout la sortie du centre-ville ». « Attention de ne pas mettre en danger le succès commercial du Vieux-Lille », prévient le patron d’Oliviers & Co, qui met en avant les difficultés actuelles de la rue de Béthune.

>> A lire aussi : La rue de Bethune perd sa brasserie emblématique «Aux moules»

Pour les usagers de la gare Lille-Flandres, le changement sera également important, puisque l’avenue Willy-Brandt sera coupée avant la place des Buisses. Une zone de dépose « minute » sera aménagée le long du Tri Postal, sur le mode « kiss and fly » (on dépose, on s’en va), qui ne permettra pas de se garer.

« Ce secteur est l’un des plus passants de Lille pour les piétons. Ils auront beaucoup plus de place qu’avant », assure Jacques Richir. Enfin la rue Faidherbe sera mise en sens unique, depuis la place du Théâtre en direction de la gare (une voie pour les voitures, deux pistes cyclables).

  • Et maintenant : Six mois de communication

Pour éviter que les automobilistes de passage à Lille ne se retrouvent piégés dans le nouveau système, la ville assure avoir déjà pris contact avec la société de navigation TomTom, afin de mettre à jour les cartes routières.

Pour les Lillois, un vaste plan de communication sera lancé dans les prochaines semaines. Indispensable pour que le nouveau schéma de circulation, dont la mise en place coûte 2 millions d’euros, gagne la partie.