Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
COMMERCELe commerce lillois en pleine transition

Lille: La rue de Béthune perd sa brasserie emblématique «Aux moules»

COMMERCE
La fermeture de l'institution «Aux moules» acte la brutale transition de la principale rue commerçante lilloise...
Le restaurant Aux Moules le 22 février 2016
Le restaurant Aux Moules le 22 février 2016 - O. Aballain
Olivier Aballain

Olivier Aballain

Ça ressemble à une crise, c’est au moins une transition brutale. La fermeture annoncée pour le 24 février du restaurant Aux Moules, institution de la rue de Béthune, remet en question le devenir de la principale artère commerciale lilloise.

Le lieu ne deviendra pas une dent creuse : Dans La Voix du Nord, on apprend que le local, idéalement situé à un carrefour, a déjà trouvé preneur auprès de Happychic un spécialiste du prêt-à-porter masculin qui y installera les enseignes Brice et Bizzbee. Transmis de génération en génération depuis 1930, Aux Moules ne ferme pas à cause de difficultés financières, mais simplement à la fin d’une génération.

« Ce sont des institutions qui partent »

Pourtant, la fermeture coïncide pratiquement avec la liquidation totale des dernières enseignes de l’Espace 31, qui hébergeait encore Les Galeries Lafayette, Darty et la grande Récré en 2014. Le départ de Zara (vers Euralille), celui de Nike en début de rue (vers le Vieux-Lille) sont autant de signes négatifs.

>>A lire aussi : Avec le départ de Darty, L’Espace 31 plongé dans le noir

Pour Patrick Laquemant, le fameux vendeur de gaufres installé dans le secteur depuis 28 ans : « Ce sont des institutions qui partent, cela provoque une perte de fréquentation que l’on voit dans le chiffre d’affaires, et qui s’ajoute pour les enseignes, à l’effet du e-Commerce ».

Michèle Courtois, la patronne des Moules, acte plutôt un « un changement de mode », non sans un « pincement au cœur ». « Les restaurants branchés s’installent dans le Vieux-Lille, les brasseries traditionnelles autour de la place Rihour. On a simplement saisi une opportunité qui se présentait auprès de gens sérieux ».

Turnover plutôt que game-over

Chez Arthur-Lloyd, un poids lourd de l’immobilier commercial, on ne se fait « pas plus de soucis que ça pour la rue de Béthune ». « Cela reste l’une des rues les plus passantes de France, avec la rue Sainte-Catherine à Bordeaux. Mais peut-être pour des enseignes plus populaires qu’avant ».

Chez Big Fernand, qui a installé son resto de burgers il y a deux ans en bout de rue, il n’y a d’ailleurs « pas de grosse inquiétude tant que les cinémas restent [le Majestic et l’UGC sont à deux pas] ». L’un des gérants, Gailord Janson, espère juste que les magasins restés vides « vont se remplir ».

Liquidation du Darty de l’Espace 31, à Lille - O. Aballain

De ce côté, les statistiques de « vacance commerciale » (les cellules commerciales vides) permettent de voir le verre (de bière) à moitié plein : Selon le bilan tiré en juin par la fédération pour le développement du commerce spécialisé (Procos), Lille présente toujours un taux inférieur à 5 %, à l’instar de toutes les grandes villes de France. Aux Moules, la patronne souhaite ainsi que ses 20 salariés « trouveront rapidement de quoi rebondir ailleurs ».

Sujets liés