Migrants: Quand les people anglais plaident la cause des mineurs isolés à Calais

MIGRANTS De nombreuses stars britanniques ont appelé le premier ministre anglais à accueillir outre Manche les migrants mineurs isolés bloqués dans la Jungle de Calais...

M.L. avec AFP

— 

Helena Bonham Carter, entre autres, a pris position pour les migrants de Calais.
Helena Bonham Carter, entre autres, a pris position pour les migrants de Calais. — N.Jorgensen/REX/SIPA

Un soutien de poids. Jeudi, une pléiade de célébrités, dont les acteurs Idris Elba, Helena Bonham Carter, Benedict Cumberbatch et Kristin Scott Thomas, ont appelé David Cameron à accueillir les mineurs non accompagnés de la « Jungle » de Calais ayant de la famille au Royaume-Uni.

Lettre ouverte adressée au Premier ministre

« L’annonce récente par la préfecture de Calais de raser la partie sud de la Jungle de Calais est un acte qui, si on le laisse se produire, va détruire les maisons temporaires de plus de 3.000 personnes, dont 443 enfants », s’inquiètent les quelque 150 signataires dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre.

>> A lire aussi : Un anglais jugé pour avoir tenté de faire passer une fillette

Ils exhortent le gouvernement britannique à « lancer un processus accéléré pour mettre en œuvre les dispositions de regroupement familial du règlement de Dublin III, afin que tous les mineurs résidant actuellement dans les camps de Calais et Dunkerque qui ont de la famille au Royaume-Uni soient en mesure de rejoindre leurs proches ».

Quelques cas exceptionnels

Fin janvier, la justice britannique a autorisé trois adolescents et un jeune adulte handicapé syriens, qui vivaient dans la Jungle, à rejoindre des membres de leur famille au Royaume-Uni, tout en soulignant qu’il s’agissait d’un cas « exceptionnel ».

Les signataires demandent également au gouvernement de « faire en sorte que les mineurs qui n’ont pas le droit de venir au Royaume-Uni soient protégés et soutenus en France » et de « convaincre les autorités françaises de reporter la décision de détruire d’autres parties du camp à Calais jusqu’à ce que tous les mineurs y résidant actuellement » l’aient quitté.