VIDEO. Lille: Quand les chiens de la gendarmerie préparent l'Euro 2016

SECURITE A deux mois du début de la compétition européenne de football, les chiens de la gendarmerie affûtent leur museau pour détecter les explosifs. Reportage…

Gilles Durand
— 
La gendarme Amandine Faivre et son chien Clavo, inspectent un avion avant le décollage, sur l'aéroport de Lille-Lesquin.
La gendarme Amandine Faivre et son chien Clavo, inspectent un avion avant le décollage, sur l'aéroport de Lille-Lesquin. — G. Durand / 20 Minutes

Bon chien-chien, ça ! Voilà dix mois que Clavo, un berger malinois de deux ans, apprend à détecter les explosifs à l’aéroport de Lille-Lesquin, au sein de la gendarmerie des transports aériens (GTA). Il lui reste quelques semaines pour s’aguerrir en vue de sa prochaine grosse mission :  l’Euro 2016 de football.

« Il y aura dix matches à Lille et Lens. Nous allons avoir beaucoup de travail », confirme son maître, la gendarme Amandine Faivre. A 27 ans, il s’agit de sa première expérience en équipe cynophile. Avec Clavo, elle vient d’intégrer une formation primordiale : la recherche de produits explosifs sur des personnes en mouvement.

« Une envie de travailler avec des animaux »

« Il faut s’adapter à la situation. Les chiens doivent être capables de repérer quelqu’un qui porte des explosifs au milieu d’une foule », explique le capitaine Claude Minart, commandant adjoint de la compagnie de la GTA. C’est dire si l’efficacité de Clavo doit être optimale.

Entre le chien et sa maîtresse, l’harmonie règne déjà. Originaire de Savoie, Amandine Faivre fait partie des rares femmes maître-chien. « J’adore travailler avec des animaux. C’est un rêve de gosse », avoue-t-elle. Cette fan d’équitation n’a d’ailleurs pas hésité à quitter sa région natale pour ce poste de maître-chien proposé à l’aéroport de Lille-Lesquin, un des plus sécurisés de France.

Les chiens sont de plus en plus sollicités

Sur les quatre équipes cynophiles du Nord (c’est-à-dire, un maître et son ou ses deux chiens), deux sont basées à l’aéroport. Et dans le contexte actuel de menace d’attentats, les chiens sont de plus en plus sollicités pour inspecter les bagages. « Tout est basé sur les molécules que le chien respire et apprend à reconnaître », explique Amandine Faivre.

Clavo a déjà connu son baptême du feu. Le berger malinois a dû inspecter toutes les aires de repos et stations-service sur le trajet de Salah Abdeslam, notamment celle de La Sentinelle, près de Valenciennes, sur l’A2, pour retrouver la fameuse ceinture d’explosifs, après les attentats de Paris, en novembre 2015.

 

Vérification de l'absence d'explosif dans les bagages, à l'aéroport de Lille-Lesquin.
Vérification de l'absence d'explosif dans les bagages, à l'aéroport de Lille-Lesquin. - G. Durand / 20 Minutes

« Il a toujours l’impression de chercher son jouet »

« Les chiens sont recrutés parce qu’ils adorent jouer. Le jeu, c’est la base du dressage, explique la gendarme. Le principe est d’associer son jouet à une matière. En fait, il a toujours l’impression de chercher son jouet. Et quand il reconnaît ce qu’il cherche, il se couche, s’assoit ou peut même marquer debout. »

A la gendarmerie, une cérémonie de mariage est organisée pour officialiser le lien entre le chien et son maître. « On le garde toute sa carrière, précise Amandine Faivre. Un maître peut avoir deux chiens, mais un chien ne peut avoir qu’un maître ». Clavo est son premier chien, acheté à un particulier. Elle espère qu’il connaîtra un autre destin que Diesel, berger malinois aussi, qui avait été tué lors de l’assaut du Raid à Saint-Denis.

>> A lire aussi : Les collègues du chien Diesel sont prêts à partir en opération