VIDEO. Les léopards de l'Amour fêtent dignement la St Valentin

ANIMAUX Un couple de l'espèce Panthera Pardus Orientalis, dont il ne reste que 70 individus à l'état sauvage, pourrait donner naissance à des petits vers la fin mai...

Olivier Aballain

— 

Un léopard de l'Amour à Bellewaerde Parc (Belgique)
Un léopard de l'Amour à Bellewaerde Parc (Belgique) — Bellewaerde Parc

Heureux hasard au parc Bellewaerde, à Ypres (Belgique). En plein week-end de la Saint-Valentin, la direction du parc animalier a annoncé l’accouplement de Vlada et Kitan, deux léopards de l’Amour arrivés en 2014.

Or ce félin asiatique (panthera pardus orientalis de son vrai nom) fait partie des espèces les plus menacées au monde, puisqu’il n’en resterait, selon les organisations WWF et UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), que 70 individus à l’état sauvage. Le parc a tourné quelques videos le 13 février :

Ok, ce n’est pas tout à fait un hasard, puisque le Bellewaerde Parc, installé non loin de la frontière française (et de l’agglomération lilloise), participe à un programme d’élevage international coordonné par l’EAZA (European association for Zoos and Aquaria). « Il n’existe qu’une vingtaine de couples en captivité capables de se reproduire », précise Kristof Louagie, en charge du marketing à Bellewaerde.

>>A lire aussi : La panthère de l’Amour du zoo de Mulhouse se casse le fémur

Vlada et Kitan avaient déjà eu quelques velléités de rapprochement en octobre, mais « la femelle était encore très méfiante, le mâle lui faisait encore un peu peur », poursuit Kritstof Louagie.

Les histoires d’Amour ne finissent pas toujours mal

Mais à la faveur de l’hiver, Vlada et son compagnon ont recollé les morceaux, pour s’accoupler jusqu’à 60 fois par jour la semaine dernière. Le résultat n’est pas garanti, cependant la direction du Bellewaerde Parc est assez optimiste : « On estime que la femelle a 80 % de chances d’être enceinte ».

Si les efforts des deux amoureux sont couronnés de succès, une portée de deux à trois petits verra le jour vers la fin mai. En attendant, les soigneurs du parc vont surveiller la prise de poids de la maman. « On espère aussi voir son ventre s’arrondir », précise Kristof Louagie. Si l’évolution est favorable, le succès de l’accouplement devrait pouvoir être annoncé vers le mois d’avril.

Réintroduction d’ici 2 à 3 ans en Sibérie

Pas question, ensuite, de confondre les petits avec des peluches : Le but de la direction est de les réintroduire en Sibérie quand ils auront 2 à 3 ans, c’est-à-dire l’âge « ado » auquel ils quittent habituellement l’orbite parentale.

Quant aux deux parents, leur romance « Saint-Valentin » sera plutôt de courte durée car les léopards sont de nature solitaire, et ne se retrouvent, paraît-il, que pour s’accoupler. Ils disposent d’ailleurs chacun de leur propre enclos à Bellewaerde. Jusqu’au prochain week-end en amoureux. Il est temps : L’UICN a classé le léopard de l’Amour parmi les espèces en situation « critique », dernier stade avant l’extinction. Il est menacé notamment par le déboisement, et la diminution de ses proies.