Lille: Tensions autour de la Rencontre annuelle des musulmans du Nord

POLEMIQUE Après avoir déprogrammé trois orateurs islamistes à Lille, les organisateurs de la Rencontre annuelle des musulmans du Nord interdisent à la présidente de l’Observatoire de la laïcité d’y assister…

Gilles Durand
— 
Laurence Marchand-Taillade, présidente de l'Observatoire de la Laïcité et deux membres du parti radical de gauche.
Laurence Marchand-Taillade, présidente de l'Observatoire de la Laïcité et deux membres du parti radical de gauche. — G. Durand / 20 Minutes

Ambiance tendue. La 9e Rencontre annuelle des musulmans du Nord, qui se tient ce dimanche à Lille Grand Palais, a connu une ouverture mouvementée. La présidente de l’Observatoire de la laïcité du Val d'Oise, Laurence Marchand-Taillade, par ailleurs secrétaire nationale du Parti radical de gauche (PRG), s’est vue interdire l’entrée de cette manifestation.

Refoulée par les organisateurs

La jeune femme avait déjà été refoulée d’un congrès de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) à Paris, la veille. « Je souhaitais assister aux conférences pour vérifier qu’aucun propos radical n’était tenu », explique Laurence Marchand-Taillade. « Elle venait troubler l’ordre public », se plaint Rachid Hamoudi, président de Ligue islamique du Nord, organisateur de cette rencontre.

La polémique avait enflé en début de semaine avec la venue programmée de trois conférenciers considérés comme des « prêcheurs de haine » : le Syrien Mohamed Rateb al-Nabulsi, le Marocain Abouzaïd al-Mokri et le Saoudien Abdallah Salah Sana’an. Deux d’entre eux n’ont d’ailleurs pas obtenu de visa. Le troisième a été déprogrammé. « Dans un souci d’apaisement », précise Rachid Hamoudi.

 

« Poursuites immédiates » en cas de propos litigieux

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait annoncé des « poursuites immédiates » en cas de propos litigieux. « Nous avons toujours invité des conférenciers étrangers. Peut-être n’avons-nous pas pris assez de temps pour vérifier tout ce qu’ils disent », regrette Rachid Hamoudi qui estime ne pas avoir « les moyens de la police pour faire ce travail ».

L’organisateur, membre de l’UOIF, se défend de tout radicalisme : « Nous prônons, au contraire, une lecture de l’islam adaptée au contexte français et recommandons de faire attention à ce qui se dit sur internet ».

Laurence Marchand-Taillade déplore, au contraire « un communautarisme exacerbé et extrêmement grave qui fait croire aux jeunes musulmans qu’ils sont victimes et qui retourne une partie de la France contre l’autre ».

Martine Aubry attentive

Sollicité par les organisateurs de cette rencontre à laquelle il a participé à plusieurs reprises par le passé, l’universitaire lillois Pierre Mathiot, nouveau délégué ministériel au parcours d’excellence auprès de la ministre de l’Education nationale, a, cette fois, décliné l’invitation. Martine Aubry, qui a également déjà participé à l’événement, se dit aujourd’hui, dans La Voix du Nord, « très attentive à ce qu’il n’y ait pas dans la ville de message de haine, d’intolérance ou de division ».