Affaire MyFerryLink: L'Etat, DFDS et Eurotunnel attaqués en justice par le syndicat des marins

SOCIAL Le Syndicat maritime nord (SMN) de la compagnie MyFerryLink annoce qu'il va attaquer en justice Eurotunnel, DFDS et l'Etat pour ne pas avoir respecté leur engagement...

G.D. avec AFP

— 

Illustration d'un blocage du port de Calais, le 29 juin 2015.
Illustration d'un blocage du port de Calais, le 29 juin 2015. — M.Spingler / SIPA

Nouveau rebondissement dans l'affaire MyFerryLink. Le Syndicat maritime nord (SMN) de la compagnie maritime a annoncé, ce vendredi à Calais, qu'il attaquerait en justice Eurotunnel, DFDS et l'État pour ne pas avoir respecté leur engagement de sortie de crise, laissant craindre une reprise du conflit social.

"Le plan de sauvegarde mis en place par le mandataire de la SCOP et homologué par le président de la République n'a pas été respecté par Eurotunnel", a estimé Me Philippe Brun, avocat des salariés de l'ex Scop SeaFrance, laquelle exploitait les navires de la compagnie MyFerryLink.

L'Etat doit homologuer les plans sociaux

"Depuis l'adoption de la loi de sécurisation de l'emploi en 2013, aucun licenciement ne peut être fait sans l'aval de l'Etat et ce dernier doit homologuer tous les plans sociaux, dont celui de la Scop SeaFrance", a-t-il ajouté.

Ainsi, le SMN et le comité d'entreprise de la Scop comptent déposer une assignation "à jour fixe", le 25 février, devant le tribunal de Paris contre Eurotunnel et l'Etat pour non respect de l'accord signé le 31 août 2015. Ils demandent une astreindre de 10.000 euro par jour de retard.

Après un dur conflit social à Calais et de nombreux blocages du premier port passager français, un accord prévoyait la reprise par DFDS, Eurotunnel et l'un de ses sous-traitants en sécurité, de 402 des 487 employés de l'ex-Scop Sea France.

Lundi s'annonce agité

L'avocat du SMN a également annoncé une action en justice contre DFDS qui s'était engagée en août à rependre 202 emplois. "Pour l'instant 70 ex-Scop ont été repris par DFDS", a-t-il précisé

La journée de lundi s'annonce agitée: l'ex-Rodin, ancien ferry exploité par MyFerryLink, passé sous les couleurs de DFDS, doit reprendre son service entre Calais et Douvres en milieu d'après-midi. Le 20 janvier, une trentaine de marins de l'ex-Scop SeaFrance avaient brûlé des pneus devant les quais d'embarquement des navires DFDS au port de Calais, bloquant une partie du trafic transmanche.