Nord: En 2015, le nombre de passeurs condamnés a atteint des records

FAITS DIVERS La police affirme avoir démantelé de nouveaux réseaux de passeurs. Les six premiers mois de 2015, entre 400 et 500 personnes avaient déjà été impliquées dans ces réseaux…

G.D. avec AFP

— 

Illustration du camp de migrants de Grand-Synthe.
Illustration du camp de migrants de Grand-Synthe. — SIPA

Deux nouveaux réseaux de passeurs kurdes semblent avoir été démantelés par la Police aux Frontières, lundi et ce mardi, à Grande-Synthe, près de Dunkerque, a appris l’AFP. Dix-sept individus, dont sept passeurs présumés, ont été interpellés dans le camp de migrants du Basroch, à Grande-Synthe, où 1.500 migrants vivent dans la précarité.

Une arme découverte

Dix personnes ont été placées en garde à vue, quatre Kurdes, soupçonnés d’être des passeurs, et six Français qui « participaient à la logistique » de ces réseaux, par exemple par « l’aide au transport ou au séjour illégal », a précisé le parquet de Dunkerque. Selon le ministère public, l’aide de Français à des passeurs est un phénomène occasionnel.

Une arme a été découverte lors des perquisitions menées dans le camp, où vivent les quatre Kurdes, précise aussi le parquet de Dunkerque. Les sommes d’argent brassées par ces deux réseaux ne sont pas encore connues à ce stade de l’enquête.

 

Plus de 50 réseaux démantelés en 2015

Selon nos informations, les réseaux kurdes sont actuellement les plus actifs sur le littoral du Nord -Pas-de-Calais entre Calais et Grande-Synthe. Les interpellations et les condamnations de passeurs n’ont également jamais été aussi nombreuses en 2015.

La préfecture du Nord annonce le démantèlement de 25 filières en 2015, soit une tous les 15 jours. Dans le Pas-de-Calais, ce sont 28 réseaux qui ont été démantelés en 2015 et huit réseaux en 2016. Le nombre total représente près d’un quart des démantèlements au niveau national

Selon la Commission nationale consulative des droits de l'Homme (CNCDH), en juin 2015, 440 personnes avaient déjà été condamnées dans l'année pour avoir participé à des filières mettant en cause des passeurs, dans la région. En 2014, elles étaient 569.