Lille: Pourquoi les recettes de stationnement ont bondi de 33%

AUTOMOBILE Les nouveaux horodateurs de la ville de Lille ont rapporté 1,5 millions d'euros supplémentaires...

Olivier Aballain
— 
Martine Aubry devant un horodateur Parkeon à Lille
Martine Aubry devant un horodateur Parkeon à Lille — O. Aballain

Les nouveaux horodateurs ont trouvé leur public à Lille, et ça fait du bien à la ville. Depuis le déploiement des 580 machines Parkeon, démarré fin 2014, les recettes du stationnement ont bondi de 33 % à Lille.

>>A lire aussi: Ce qui va changer avec les nouveaux horodateurs

Concrètement, la municipalité a prévu d’en obtenir 6 millions d’euros en 2016, contre 4,5 millions en 2014.

Fraude en voie d’extinction

De quoi financer déjà, en partie, le coût des nouveaux appareils (3,7 millions d’euros). Leur principale force ? Le bon vieux paiement par carte, en forte hausse au point qu’il dépassera, en février, le total des paiements en espèces.

Selon Jacques Richir, adjoint en charge du Stationnement à Lille, la ville profite d’une baisse de la fraude occasionnelle, c’est-à-dire celle des usagers « de bonne foi » (dixit l’élu), qui ne payaient pas faute de petite monnaie.

Une explication plutôt confirmée par l’Automobile club du Nord : « Là où on ne mettait que la pièce d’un euro qu’on avait dans la poche, maintenant on peut payer 3,50 euros par carte », commente Philippe Dutrieu, le délégué général de l'association.

>> A lire aussi: A Lille, on peut désormais acheter son ticket de stationnement à distance

L’autre phénomène du moment, c’est l’application Woosh, qui permet de prolonger son stationnement par smartphone, sans aller au parcmètre. « La recette double tous les mois », s’étonne Jacques Richir, qui en était à 10 000 € au dernier pointage.