Rouen: L'escort Britannique condamnée pour avoir joué les passeurs

JUSTICE Une ressortissante britannique, escort girl de profession, avait touché 500 Livres pour faire passer un jeune Syrien en Angleterre…

Olivier Aballain

— 

Migrants devant la porte du centre d'accueil de jour de Calais
Migrants devant la porte du centre d'accueil de jour de Calais — O. Aballain

Elle avait caché le jeune migrant dans sa voiture avant d’embarquer à bord du ferry reliant Dieppe à Newhaven. Une ressortissante du Royaume-Uni, âgée de 41 ans, a écopé d’un an de prison dont trois mois fermes pour avoir voulu faire passer clandestinement un jeune Syrien de 15 ans en Angleterre.

>>A lire aussi : Une école primaire tente d’exister au sein du camp de migrants

Le jugement, prononcé par la cour d’appel de Rouen le 20 janvier, est bien plus sévère que la peine d’amende de 1.000 euros avec sursis ingligée la semaine dernière à un autre Britannique, reconnu coupable d’avoir tenté de faire sortir une fillette afghane du camp de Calais.

Elle s’était fait payer l’équivalent de 650 euros

Mais contrairement à lui, la quadragénaire condamnée à Rouen a accepté de se faire payer 500 Livres (650 euros). La somme lui avait été versée par un Irakien, passé par Calais avant de rejoindre l’Angleterre. Il lui avait demandé de ramener l’adolescent, et elle dit avoir accepté « pour des raisons humanitaires ».

D’après son avocate dieppoise Najma Ouchene, la prévenue a été desservie par son activité professionnelle d’escort girl, car elle aurait été soupçonnée d’accepter facilement d’être payée.

Un an ferme en première instance

Me Najma Ouchene assure au contraire que sa cliente n’a pas fait cela pour des raisons financières. Ainsi avait-elle, par le passé, « retiré de l’argent de son compte pour aider des migrants de Calais ».

En première instance en novembre, elle avait écopé d’un an de prison ferme avec mandat de dépôt. La peine de trois mois de prison ferme infligée en appel va couvrir le temps de détention déjà effectué à Rouen. Elle devrait être libérée le 12 février. Sa condamnation en appel a été assortie de cinq ans d’interdiction du territoire français.