Nord: Policiers jugés pour avoir fuité les contrôles radars

JUSTICE Trois agents nordistes comparaissaient au tribunal le 19 janvier, pour avoir fait circuler la liste confidentielle des contrôles radars...

O.A. avec AFP
— 
Radar mobile en bord de route à Fournes-en-Weppes (Nord)
Radar mobile en bord de route à Fournes-en-Weppes (Nord) — M. Libert / 20 Minutes

Ils faisaient circuler la carte des radars. Trois policiers nordistes étaient jugés à Lille, le 19 janvier, pour avoir été à l’origine de fuites aboutissant à publier sur Facebook la carte confidentielle des contrôles radars. La procureure a requis six mois de prison avec sursis à leur encontre.

>>A lire aussi : Contrôlé à 255 km/h sur l’autoroute A25 Lille-Dunkerque

A l’origine du procès, une mauvaise habitude : Les trois fonctionnaires, en fin de carrière selon la Voix du Nord, faisaient suivre à certains collègues la localisation des contrôles radars à venir. Pour l’un d’eux, s’expliquant à l’audience, il s’agissait d’éviter aux camarades « d’éventuelles sanctions, lorsqu’ils circulaient en voiture de service ».

Une mauvaise connaissance de la révolution numérique

Mais ce n’est pas sans raison que ce document est « à diffusion restreinte ». Parce que de transmission en transmission, la carte des radars est sortie de la maison Poulaga, avant qu’une main profane ne la diffuse sur Facebook. C’est un policier de Valenciennes qui a fini par s’en émouvoir.

>>A lire aussi : Menace sur la page Facebook anti radars dans le 62

Les policiers « expérimentés », qui se souviennent d’un temps où ces infos circulaient en version papier, plaident donc une certaine maladresse dans l’utilisation de la « révolution numérique ». Dorénavant, la liste de diffusion de l'emplacement des radars est d'ailleurs cryptée, avec une diffusion plus restreinte.

L'avocat de l'un des trois mis en cause, Me Emmanuel Riglaire, a en outre souligné que le fonctionnaire qui a le premier diffusé le courriel à un grand nombre de services de police, ainsi que le particulier ayant produit la carte sur son profil Facebook, n'étaient pas à la barre.

La décision sera rendue le 2 février, indique la Voix du Nord.