Nord: Distribution d'iode pour les riverains de la centrale de Gravelines

NUCLÉAIRE Une nouvelle campagne préventive de distribution de comprimés d’iode pour les personnes habitant à 10km de la centrale nucléaire de Gravelines commence mercredi…

Mikael Libert

— 

Les riverains de la centrale nucléaire de Gravelines vont pouvoir renouveler leur stock d'iode.
Les riverains de la centrale nucléaire de Gravelines vont pouvoir renouveler leur stock d'iode. — M.Libert/20 Minutes

Pas de panique, c’est de la prévention. Les nordistes habitant dans un rayon de dix kilomètres autour de la centrale nucléaire de Gravelines vont recevoir, début février, un courrier les invitant à renouveler leurs comprimés d’iode.

Plus de 70.000 personnes concernées

La dernière distribution d’iode remonte à 2009. Faute de les avoir utilisés, ce qui est plutôt une bonne nouvelle, les comprimés ont atteint leur date de péremption, fixée à 2016. Au début du mois de février, les quelque 72.000 habitants des 14 communes du Nord et du Pas-de-Calais résidant dans un rayon de 10km de la centrale EDF recevront un courrier les invitant à aller renouveler leur stock dans les pharmacies partenaires.

Ces mêmes personnes sont invitées à participer à une réunion publique d’information qui se tiendra, mercredi à Gravelines. Programmée dans le cadre du Plan particulier d’intervention (PPI), cette réunion vise à rappeler aux habitants en première ligne les risques liés aux accidents nucléaires et les moyens de s’en protéger. La préfecture souligne qu’en « cas d’accident nucléaire, c’est elle [la population] qui devra agir pour se protéger ».

Quelques points noirs

Les élus écologistes (EELV) du dunkerquois reconnaissent la nécessité de telles campagnes de prévention. Néanmoins, ils estiment que les autorités ne vont pas assez loin. EELV soulève trois points qui pourraient être améliorés, et en premier lieu, le nombre de réunions d’information jugé insuffisant : « une seule et unique réunion n’est pas en capacité de répondre aux légitimes interrogations des populations », explique Paulo-Serge Lopes, porte-parole d’EELV Flandre Maritime.

En cause aussi, le périmètre, limité à un rayon de 10 km autour de la centrale : « Qui peut croire que les radiations […] s’arrêteront aux frontières administrativement établies des 10km ? », s’interroge EELV. La préfecture assure que des « stocks complémentaires suffisants pour couvrir les besoins de l’ensemble de la population française sont répartis sur le territoire national ».

Dernier point noir soulevé : l’efficacité de la campagne. Selon EELV, lors de la précédente campagne de distribution en 2009, la moitié seulement de la population concernée s’était déplacée pour aller récupérer les comprimés d’iode. Pour le porte-parole écologiste, il faudrait plutôt privilégier « l’apport direct aux habitants ».