Calais: Eurotunnel inonde les terrains où passent les migrants

SOCIÉTÉ Le gestionnaire du tunnel sous la Manche a trouvé une nouvelle arme pour empêcher les intrusions sur son site…

Mikaël Libert

— 

Les barrières anti intrusions du site Eurotunnel.
Les barrières anti intrusions du site Eurotunnel. — B.Cawthra/REX/SIPA

Sous les eaux. Eurotunnel, l’exploitant du Tunnel sous la Manche, a décidé d’inonder les terrains à proximité des clôtures entourant le site pour dissuader les migrants de passer révèle la Voix du Nord.

Un pas de plus vers l’hermétisme du site d’Eurotunnel, à Coquelles, près de Calais. L’exploitant de la liaison ferroviaire transmanche n’en finit plus d’essayer de rendre l’endroit inaccessible aux migrants. Déjà très sécurisé à la base, le terminal Eurotunnel s’est vu doté de nombreux équipements supplémentaires depuis les vagues d’intrusions massives auxquelles il a dû faire face en 2015.

Un site ultra-sécurisé

Caméras, patrouilles de vigiles et de police, fossés, haute clôture surmontée de barbelés… Les dispositifs anti-intrusions d’Eurotunnel n’ont jamais, jusqu’à aujourd’hui, empêché les migrants de pénétrer le site pour grimper dans les navettes en partance pour la Grande-Bretagne. Un exemple parmi d’autres : cet homme qui est parvenu, en août 2015, à traverser à pied le tunnel.

Désormais, un autre obstacle se dresse sur la route des migrants : l’eau. Eurotunnel, grâce à un système d’écluses, détourne les eaux pluviales pour inonder les terrains lui appartenant qui jouxtent les clôtures du terminal. Selon la direction du groupe, cette nouvelle arme fait partie des « moyens physiques de protection du site » soumis au « comité de pilotage franco-britannique et avalisées par la préfecture ».

« A quand les miradors et les checkpoints ? », s’insurge Paulo-Serge Lopes, élu écologiste du Dunkerquois. Selon lui, ce n’est pas le tout sécuritaire qui va résoudre le problème, « mais plutôt la remise en question les accords du Touquet », traité signé en 2003 entre Paris et Londres contre l’immigration clandestine. Sur l’aspect environnemental, Christophe Duffy, élu EELV à Calais, est scéptique : « On ne peut pas savoir ce que cela implique, c’est trop tôt. En revanche, le déboisement de ces surfaces a détruit tout un écosystème ».

Le groupe Eurotunnel s’est félicité d’excellents résultats d’exploitation en fin d’année 2015, notamment en ce qui concerne le fret. Avec 134.000 poids lourds transportés sur le seul mois de novembre, le concessionnaire du tunnel affirme que c’est du jamais vu depuis la mise en service de l’ouvrage, en 1994. Dans un communiqué, Eurotunnel expliquait d’ailleurs que ce « record » avait été rendu possible justement grâce aux nouveaux systèmes de sécurisation mis en place.