Cinéma: Ankama compte sur l'effet Dofus pour se donner un nouveau souffle

ECONOMIE La société multimédia roubaisienne Ankama sort son premier dessin animé « 100 % made in Roubaix » au cinéma en surfant sur son jeu vidéo Dofus...

Gilles Durand
— 
Joris, au premier plan, est le héros du premiere long métrage d'animation d'Ankama.
Joris, au premier plan, est le héros du premiere long métrage d'animation d'Ankama. — Photo du film / Ankama

Dofus sera-t-il à nouveau la bonne étoile d’Ankama ? Le dessin animé, tiré du célèbre jeu vidéo (un million de joueurs par mois), sort à point nommé, le 3 février dans 300 salles de cinéma françaises, pour redonner un nouveau souffle à la société multimédia roubaisienne, un peu en crise de croissance.

« C’était un chemin de croix »

Les effectifs ont fondu pour atteindre aujourd’hui environ 300 personnes, selon nos sources ; 400 personnes (350 CDI et 50 CDD) selon la direction. « L’entreprise est en restructuration et nous avons engagé beaucoup d’investissements ces derniers temps », argumente Anthony Roux, un des trois fondateurs d’Ankama et coréalisateur du film*. Dofus, Livre 1 : Julith, premier opus d’une trilogie, a d’ailleurs été réalisé dans la douleur, à en croire certains des protagonistes** qui ont travaillé à l’écart, dans un studio roubaisien acheté pour l’occasion par Ankama. « C’était un chemin de croix », ironise Anthony Roux.



Pourtant, la société roubaisienne peut s’enorgueillir d’avoir produit le premier long-métrage d’animation « 100 % made in Roubaix », sauf une partie de la postproduction effectuée à Paris. Même la bande originale a été enregistrée dans l’Auditorium du Nouveau Siècle par l’Orchestre national de Lille. C’est dire si l’ambition et les enjeux sont grands. « C’est l’aboutissement de notre stratégie, précise Anthony Roux. Après les BD et les séries TV, ce film est une nouvelle porte d’entrée pour découvrir l’univers Dofus. »

Des personnages et des décors inédits

Avec un investissement de 8 millions d’euros financé à moitié par Ankama, son cofondateur et patron espère entre 500.000 et un million d’entrées. « On ne rentabilisera pas, mais peut-être que des spectateurs auront envie de découvrir le jeu », explique-t-il. Les fans auront aussi l’occasion de découvrir, avec ce film, certains personnages et décors inédits, lesquels intégreront la prochaine version du jeu.

Inventé en 2004, Dofus est une success story incroyable qui a réuni des millions de joueurs dans 150 pays.

*La direction précise que la restructuration signifie la réaffectation des salariés polyvalents d’un pôle à l’autre (jeux vidéo vers l’animation, par exemple) et non des licenciements.

** La direction conteste le fait que les équipes aient mal vécu la phase de production du film. « C’est une belle aventure avec des hauts et des bas, comme partout », précise-t-elle.