Le canot de la SNSM en intervention à Berck-sur-Mer
Le canot de la SNSM en intervention à Berck-sur-Mer — P. HUGUEN / AFP

MER

Pas-de-Calais: Une vague de solidarité épate les sauveteurs en mer

Le crowdfunding lancé par les bénévoles de la SNSM, à Berck-sur-Mer, a dépassé toutes leurs espérances...

Même les sauveteurs en mer peuvent se faire surprendre par une vague. Mais à Berck, c’est une vague de solidarité qui étonne les bénévoles de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer).

Car ces derniers étaient handicapés depuis juin par l’incident qui a frappé le tracteur grâce auquel ils hâlaient leur embarcation sur le sable. Submergé par les flots lors d’une intervention, l'engin a eu besoin d’une sérieuse réparation pour redémarrer, et certains équipements manquent encore (un treuil, des projecteurs…).

« Tous surpris par cet engouement »

Les 14 bénévoles de la station ont donc eu l’idée de faire appel à un financement participatif sur internet (crowdfunding), lancé le 18 octobre sur la plateforme MyMajorCompany. Et deux mois et demi plus tard, à une semaine du terme de la campagne «Panne tracteur, pas de sauveteurs», l’objectif initial de 3.000 euros est largement dépassé.

« Nous sommes tous surpris de cet engouement », témoigne Baptiste Wawrzyniak, l’un des bénévoles, qui s’est occupé du crowdfunding. La station de Berck s’est inspirée de l’expérience de son homologue d’Erquy (Côtes d’Armor) pour réussir son coup. Et cela donne d’autres idées à Baptiste Wawrzyniak : « On peut imaginer de financer comme cela d’autres projets dans le futur ».

Tous les secours aux personnes sont gratuits

Avec plus de 5.000 euros, la somme déjà récoltée permettra en tout cas de couvrir la réparation et l’équipement du tracteur (environ 3.000 euros), mais aussi, peut-être, la formation obligatoire de l’un des patrons de vedette et de trois équipiers.

La station d’intervention, qui n’est animée que par des bénévoles, couvre la surveillance de plus de 50 km de trait de côte, depuis Hardelot jusqu’à la baie de Somme. Les secours aux personnes qu’elle y réalise sont intégralement gratuits. Le nombre de sorties (une vingtaine en 2015) est d’ailleurs nettement orienté à la hausse.