Nord: Après les régionales, Marc-Philippe Daubresse a un mandat de trop

POLITIQUE Le député-maire (LR) de Lambersart va devoir abandonner un de ses mandats pour siéger au Conseil régional...

Olivier Aballain
— 
Marc-Philippe Daubresse, député-maire (LR) de Lambersart
Marc-Philippe Daubresse, député-maire (LR) de Lambersart — M. Libert

Certains cumulards ont déjà tranché, d’autres hésitent encore.

Sitôt élu à la tête du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand a annoncé qu’il quittait ses mandats de député de l’Aisne et de maire de Saint-Quentin.

>>A lire aussi : Bertrand inflige un camouflet à Marine Le Pen

Son porte-parole Gérald Darmanin a embrayé en remettant son mandat de député du Nord pour ne conserver que deux mandats, conformément à la loi : maire de Tourcoing et conseiller régional.

Maire de Lambersart depuis 1988, député depuis 1992

Marc-Philippe Daubresse, en revanche, a visiblement du mal à trancher. Maire de Lambersart depuis 1988, le patron nordiste des Républicains pèse au national grâce à son siège de député du Nord, qu’il occupe depuis 1992.

Il a notamment repris son mandat de député après chacun de ses trois passages au gouvernement. D’un autre côté, son mandat de maire va de pair avec sa vice-présidence à la métropole de Lille, à laquelle il est également très attaché…

A 62 ans, Marc-Philippe Daubresse est donc forcé de tourner au moins une page de sa vie politique.

Un mois pour se décider

La Voix du Nord indique qu’il devrait donner sa décision d’ici début janvier. A 20 Minutes, Marc-Philippe Daubresse répond qu’il s’exprimera « dans les délais prévus par la loi », ce dont on ne doutait pas.

Le code électoral prévoit un délai maximum de trente jours, au-delà duquel « le mandat local acquis à la date la plus ancienne prend fin de plein droit ». Il s’agirait alors du mandat de maire.

Quoiqu’il arrive, l’élu ne devrait pas s’ennuyer, puisqu’il est logiquement pressenti pour occuper une vice-présidence du Conseil régional.