Calais: Le street artiste Banksy a réalisé trois œuvres sur le thème des migrants

ART Le célèbre artiste britannique Banksy a réalisé trois œuvres originales à Calais, dont deux dans le centre-ville et une autre aux abords de la Jungle…

M.L. avec AFP

— 

Une œuvre de Banksy, près de la Jungle à Calais.
Une œuvre de Banksy, près de la Jungle à Calais. — Banksy

L’Art de la Jungle. Banksy, considéré comme l’un des plus grands artistes de street art, a réalisé trois œuvres consacrées aux migrants à Calais, deux en centre-ville et une dans la « Jungle », a constaté samedi un photographe de l’AFP.

Steve Jobs avec un baluchon

A l’entrée de la « Jungle », la première œuvre du mystérieux Britannique représente le créateur d’Apple, Steve Jobs, qui porte un baluchon et un ordinateur, à côté de plusieurs tentes où vivent quelques-uns des 4.500 migrants du campement.

>> A lire aussi : Banksy recycle Dismaland pour les réfugiés de Calais

Dans un communiqué, Banksy explique avoir représenté l’entrepreneur américain en raison de ses origines syriennes. « On nous fait souvent croire que l’immigration est une perte pour les ressources d’un pays, mais Steve Jobs était le fils d’un immigré syrien. Apple est la société qui dégage le plus de bénéfices, et qui paye plus de sept milliards de dollars d’impôts, mais cela a pu être le cas seulement parce qu’un homme venu de Homs a pu entrer (aux Etats-Unis) ».

« Le radeau de la méduse », version migrants

En centre-ville, près de l’hôtel de ville, Banksy a représenté en noir et blanc, un pastiche de la célèbre toile « Le radeau de la méduse » du peintre français Géricault (1791-1824). Mais à la place du navire « l’Argus », qui avait secouru les quelques rescapés du naufrage tragique de la « Méduse », figure un car-ferry, semblable à ceux qui effectuent quotidiennement les liaisons entre Calais et Douvres.

L’enfant au vautour

La dernière réalisation, aussi en noir et blanc, a été faite sur un poste de secours de la plage de Calais. Elle représente un enfant les cheveux au vent regardant vers l’Angleterre avec une longue-vue sur laquelle est perché un vautour. Samedi, l’œuvre, dont la photo était diffusée sur le site officiel de l’artiste, était recouverte par une planche de bois.

« On a décidé de protéger les œuvres de l’artiste », a indiqué, samedi, le service de presse de la mairie Les Républicains (LR) de Calais. « Vendredi vers 18h, on a été informé de la présence d’au moins trois œuvres et la maire, Mme Bouchart, a demandé aux services techniques de les protéger, sans doute avec des plexiglas », a indiqué la même source, précisant que la planche de bois était peut-être temporaire.