Lille: Un « gros disjoncteur automatisé » pour limiter la durée des pannes d'électricité

CHANTIER ErDF va aménager le réseau électrique jusqu’en 2017 pour pouvoir réparer provisoirement, mais plus rapidement, les pannes d’électricité…

Gilles Durand

— 

Des techniciens d'ErDF interviennent sur un poste haute tension/basse tension.
Des techniciens d'ErDF interviennent sur un poste haute tension/basse tension. — G. Durand / 20 Minutes

Pouvoir réparer les pannes d’électricité à distance. Depuis plusieurs mois, les équipes D’ErDF relèvent ce défi en aménageant le réseau électrique. Un par un, les postes haute tension/basse tension sont ainsi équipés d’un nouveau système opérationnel de télécommunication. Ce vendredi, trois techniciens s’affairaient dans la rue de La Bassée, à Lille, sur un des mille postes que compte la ville.

Un « gros disjoncteur automatisé »

« il s’agit d’installer sur ce type de poste un organe de manœuvre télécommandé pour pouvoir intervenir à distance », explique Stéphane Ledez, directeur territorial du Nord d’ErDF. Jusqu’à présent les techniciens pouvaient identifier une panne à distance, mais devaient se rendre sur place pour rétablir le courant dans le secteur.

Avec ce nouveau système baptisé « Smart grid (réseau intelligent) », plus besoin de se déplacer. Pour les férus de physique, le principe est simple : il s’agit de détourner à distance le chemin du courant par le biais d’un « gros disjoncteur automatisé ». « Ça permet de réduire le temps de la panne à seulement quelques minutes », précise Thibaut Bernon, responsable exploitation à Lille.

Un investissement de 60 millions

Mais il ne faut pas croire que cette automatisation des « disjoncteurs » dispense les techniciens d’intervenir pour réparer physiquement les câbles des lignes touchées. Cette opération ne fait que rétablir momentanément le courant. Aussi intelligent soit-il, le réseau ne sait pas encore raccorder tout seul un câble sectionné ou endommagé.

« Cette modernisation du réseau, qui a commencé l’an dernier, doit se poursuivre jusqu’en 2017, précise Stéphane Ledez. Environ 180 postes sont ainsi automatisés par an dans la région ». L’investissement régional est de l’ordre de 60 millions d’euros.