Nord-Pas-de-Calais: EELV fait la quête pour rembourser ses frais de campagne

RÉGIONALES 2015 Sous la barre fatidique des 5 % de votes, les écologistes ne seront pas remboursés par l’Etat de leurs frais de campagne électorale…

Mikael Libert

— 

Sandrine Rousseau, candidate (EELV) à l'élection régionale en Nord-Pas-de-Calais Picardie.
Sandrine Rousseau, candidate (EELV) à l'élection régionale en Nord-Pas-de-Calais Picardie. — G. Durand / 20 Minutes

Les finances des verts sont dans le rouge. Le parti EELV de la région Nord-Pas-de-Calais Picardie a lancé, mardi, un appel aux dons auprès de ses sympathisants afin de pouvoir rembourser les frais engagés lors de la campagne électorale. En effet, n’ayant pas dépassé les 5 % de votes lors du premier tour, l’Etat ne prendra pas en charge ses frais de campagne.

«Besoin très urgent de 200.000 euros»

Dans un mail, daté de ce mardi et envoyé largement à ses sympathisants, EELV explique : « Nous avons un besoin très urgent de 200.000 euros pour pouvoir faire face, dans les prochains jours, à nos échéances financières ». En termes de financement de campagnes électorales, la loi stipule que les candidats qui n’atteignent pas 5 % de votes ne seront pas remboursés des frais engagés.

A 0,17% du remboursement

Et ces fameux 5 %, la liste du Rassemblement EELV-PG-Nouvelle Donne est passée à un cheveu de les atteindre. « Nous remercions les 108.002 électrices et électeurs (4,83 %) qui ont choisi une région citoyenne, écologique et solidaire », peut-on lire dans le mail co-signé par Sandrine Rousseau, tête de liste, Vincent Dhelin, secrétaire régional Nord Pas de Calais et Thierry Brochot, secrétaire régional Picardie.

>> A lire aussi: Un maire appelle à la générosité pour payer ses frais de justice

A l’AFP, Sandrine Rousseau a affirmé que sa liste avait effectué une « campagne sobre », notamment les dernières semaines en raison des attentats de Paris : « On savait bien que l’écologie ne serait pas au cœur des préoccupations, on a donc serré nos dépenses » pour les limiter à « environ 350.000 euros, sur les 800.000 autorisés par le plafond ».

« Pour le moment, nous avons pu récolter quelque 20.000 euros de la part de personnes de divers horizons pour qui l’écologie doit rester une question clé », a ajouté la candidate, précisant que « c’est dans ces moments difficiles que l’on voit ses vrais amis ».

A la fin du message, il est aussi précisé que chaque don « ouvre droit à réduction d’impôt » équivalente à 66 % du montant engagé.