Pour RESF, l'autorisation de séjour provisoire ne suffit pas

avec AFP

— 

Ivan, un enfant russe sans-papiers, était toujours dans le coma vendredi à Amiens après sa chute accidentelle lors d'une tentative d'interpellation de ses parents, qui fait l'objet d'une enquête interne de la police, alors qu'une marche silencieuse s'est déroulée à Amiens.
Ivan, un enfant russe sans-papiers, était toujours dans le coma vendredi à Amiens après sa chute accidentelle lors d'une tentative d'interpellation de ses parents, qui fait l'objet d'une enquête interne de la police, alors qu'une marche silencieuse s'est déroulée à Amiens. — Denis Charlet AFP

Le Réseau Education sans frontières n'est pas satisfait par la décision de Brice Hortefeux. Samedi, le ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale a annoncé qu’il avait demandé au préfet de la Somme d’accorder «une autorisation provisoire de séjour» aux parents d’Ivan.
Pour RESF, il s'agit d'«un acte politique pour apaiser un peu les consciences qui n’est absolument pas suffisant» car «cela ne change rien à la situation précaire» de la famille, a déclaré à l’AFP Mélanie Moisan, de RESF, en réclamant «la régularisation à long terme».