Ligue 1: Lille n'a pas encore appliqué l'état d'urgence

FOOTBALL Battu samedi à Angers (2-0), le club nordiste est relégable pour la première fois de la saison...

Francois Launay

— 

Lille s'est encore incliné à Angers
Lille s'est encore incliné à Angers — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Non, Frédéric Antonetti n’est pas un magicien. Arrivé mardi dernier aux commandes du LOSC, le nouvel entraîneur n’a pas encore découvert les remèdes aux maux lillois. Samedi à Angers, il n’y a donc pas eu de miracle. Le club a eu beau changer d’entraîneur, son effectif reste le même. Et ses résultats sont toujours aussi catastrophiques de semaine en semaine.

Lille va droit dans le mur

Battu en Anjou (2-0), Lille plonge pour la première fois de la saison dans la zone de relégation avec une triste dix-huitième place. Mais rien de plus logique finalement pour un club qui reste sur cinq matchs d’affilée sans victoire en Ligue 1, qui n’a gagné que deux matchs depuis le mois d’août et qui est toujours aussi affligeant offensivement. C’est simple, le LOSC n’a même pas cadré le moindre tir samedi soir à Angers. Et quand la défense montre des signes de fébrilité, c’est tout l’édifice qui s’écroule dans un chantier qui n’avance pas depuis le début de saison.

Les joueurs n’ont pas encore pris conscience du danger

« Le seul remède est de travailler tous les jours et de remonter la pente », a estimé Frédéric Antonetti à l’issue de la rencontre. Une bonne vieille méthode Coué qu’avait déjà utilisée Hervé Renard, son prédécesseur sans obtenir de résultats. Au moins, le technicien corse sait maintenant à quoi s’en tenir. En cinq jours, il a déjà pu mesurer l’étendue des dégâts. A ce rythme-là, le LOSC va droit dans le mur. Et à force de répéter comme un mantra que cette équipe n’est pas à sa place, les joueurs se mettent le doigt dans l’œil. Cette saison, Lille joue clairement le maintien. Et pour s’en sortir, il faudrait déjà commencer par se l’avouer.