Menace d'attentats: Bruxelles va connaître une quatrième journée en berne

TERRORISME Le maintien du niveau d’alerte maximal signifie que les commerces bruxellois pourraient encore rester déserts ou fermés…

A Bruxelles (Belgique), Gilles Durand

— 

Certains commerces sont très surveillés, à Bruxelles
Certains commerces sont très surveillés, à Bruxelles — G. Durand / 20 Minutes

Certains rideaux risquent de rester baisser. Le niveau d’alerte terroriste maximal est maintenu à Bruxelles, a annoncé, ce lundi soir, le premier ministre Belge Charles Michel. C’est une nouvelle journée morne qui s’annonce pour la capitale belge. La quatrième alors que le parquet a annoncé une nouvelle inculpation pour une personne suspectée d’avoir pris part aux attentats à Paris.

« Les entreprises conseillaient le télétravail »

C’est une mauvaise nouvelle pour les Bruxellois qui comptaient retrouver, mardi, un semblant de vie normal. « Cela signifie qu’il n’y aura pas de crèche, ni d’école. Il va falloir s’organiser entre parents », souligne Sandrine qui vit et travaille à Bruxelles.

>> A lire aussi : La vie quotidienne tourne au ralenti à Bruxelles

Cela signifie aussi que les commerces risquent de garder portes closes. Dans le quartier du métro Louise, une boutique sur deux seulement avait ouvert ses portes, ce lundi. « De toute façon, on n’a vu personne. Peu de gens sont venus travailler aujourd’hui car les entreprises conseillaient le télétravail », souligne un vendeur d’un magasin de vêtements.

Des showrooms annulés

Non loin de là, l’Apple Store signalait même, sur une affiche, qu'« en raison des circonstances, ses horaires pouvaient être modifiés, cette semaine ». Dans la rue Neuve, la rue commerçante de Bruxelles, la quasi-totalité des grandes enseignes était fermée. « Les showrooms qui devaient se tenir à Bruxelles annulent les uns après les autres », regrette Amandine, qui travaille dans la mode.

La demi-douzaine de militaires plantés devant le Quick ou l’hôtel Sofitel étaient là pour rappeler que la ville restait sous la menace d’un attentat. Seuls quelques klaxons de voitures, bien moins nombreuses que d’habitude, redonnaient un semblant de vie à ce quartier où règne habituellement une frénésie commerciale à l’approche de Noël.

Seule bonne nouvelle : la grève des cheminots belges, qui avait été maintenue ce lundi à Charleroi, Namur et Tournai, est levée. Au moins, la circulation des trains ne sera pas perturbée.