Une opération de grande envergure pour arrêter Salah Abdeslam à Molenbeek.
Une opération de grande envergure pour arrêter Salah Abdeslam à Molenbeek. — G. Durand / 20 Minutes

TERRORISME

Attentats à Paris: Une vaste opération de police à Molenbeek n'a pas permis d'arrêter Salah Abdeslam

Des dizaines de policiers sont intervenues, ce lundi, en fin de matinée, dans un quartier de Molenbeek où aurait pu se cacher Salah Abdeslam, suspecté d’avoir participé aux attentats à Paris…

De notre envoyé spécial en Belgique

L’opération de police n’a finalement rien donné. Ce lundi matin, de nombreux policiers lourdement armés et cagoulés sont intervenus dans un immeuble de la rue Delaunoy, à Molenbeek. A quelques mètres d’une mosquée accusée par certaines associations d’être fondamentaliste. Selon le parquet, il s’agissait de déloger Salah Abdeslam, un suspect considéré comme le 8e terroriste des attentats de Paris.

Un quartier bouclé

Dès le début de l'intervention, une personne a été interpellée pour n'avoir pas obtempéré à la demande de la police de quitter l'immeuble. Tout ce que l’on savait, en début d’après midi, après la fin de l’opération, c’est que Salah Abdeslam ne se trouvait pas dans le logement visé par l’opération.

>> Suivez les événements de la journée en direct

La police avait bouclé le quartier en milieu de matinée. Les nombreux journalistes et badauds étaient tenus à l’écart de la rue. Vers midi, deux détonations ont été entendues sur place. Puis plus rien. Jusqu’à ce que les policiers qui étaient entrés dans l’immeuble, n’en ressortent officiellement bredouille.

Tension maximale

La tension était maximale dans le quartier autour de cette nouvelle opération. Difficile de recueillir le témoignage des habitants. « On en a marre. On voudrait que ça s’arrête très vite », se contente de répondre un jeune du quartier, exprimant un ras-le-bol généralisé.

Cette tension a été attisée par les récents propos du ministre de l’Intérieur, Jan Jambon qui a annoncé vouloir « faire le ménage » à Molenbeek. La Belgique, et Molenbeek, en particulier, semble avoir servi de base arrière pour la préparation des attentats qui ont coûté la vie à 132 personnes à Paris, vendredi soir.

D’autres perquisitions en vue

Interrogée, la bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans, confiait à 20 Minutes que « samedi, quatre perquisitions avaient déjà eu lieu ». D’autres pourraient encore avoir lieu dans les heures ou les jours à venir. La traque de Salah Abdeslam se poursuit.