Calais: Le quotidien Nord Littoral publie les pseudos de la haine sur Facebook

MIGRANTS Le journal a décidé de publier certains messages haineux, en ne cachant pas l'identité de leurs auteurs...

O.A. avec AFP
— 
La page Facebook de Nord Littoral
La page Facebook de Nord Littoral — Facebook

La haine a un nom. Et même plusieurs. Le quotidien Nord Littoral, basé à Calais, a décidé de publier régulièrement, pour les dénoncer, une sélection des messages haineux anti-migrants qui se répandent sur sa page Facebook, a-t-on appris jeudi auprès du journal. Les noms ou pseudos des auteurs ne sont pas masqués.

« La rédaction en a ras le bol des propos orduriers qui souhaitent la mort des migrants ou qui s’en réjouissent. On est choqué de voir que notre page Facebook serve à l’étalage de ces propos, on ne peut pas continuer à laisser-faire », a déclaré à l’AFP le rédacteur en chef du journal, Philippe Henon, qui, en les publiant, souhaite les « dénoncer ».

Les publications seront « régulièrement » réitérées

Inspiré par l’initiative du quotidien populaire allemand Bild, qui avait rapporté le 20 octobre une sélection des messages haineux contre les étrangers se répandant sur internet, le journal local nordiste, qui appartient au groupe La Voix du Nord, a commencé à publier les commentaires des internautes le 7 novembre.

Dans un article intitulé « C’est le mur de la honte », il reprend certains de ces posts, où il est question par exemple de « construire un camp de concentration », ou de tirer sur ceux qui tentent de s’introduire dans les remorques.

« Il peut y avoir un débat constructif, du moment que ce n’est pas ordurier »

Philippe Henon a assuré cependant que le journal n’allait pas censurer tous les commentaires sur la question migratoire : « Nos pages sont libres, il peut y avoir un débat constructif, du moment que ce n’est pas ordurier, pas raciste. » Cette initiative est amenée à se répéter, a-t-il également indiqué.

Lundi, un internaute avait directement menacé le journal en écrivant sur son propre mur : « J’espère qu’il va vous arriver comme à Charlie Hebdo ».