Les nordistes sont les rois des simulateurs

LOISIRS Que ce soit pour s’envoyer en l’air ou changer de peau, chacun y trouvera son compte...

Mikael Libert

— 

Un simulateur de chute libre.
Un simulateur de chute libre. — Travers/SIPA

Frissons garantis. Depuis quelques mois, dans la métropole lilloise, des loisirs d’un autre genre émergent. Pour changer des soirées bowling ou du simple ciné-restau, pourquoi ne pas s’offrir un petit tour aux commandes d’un avion de ligne par exemple ? 20 Minutes a choisi trois activités originales que l’on peut, ou que l’on pourra bientôt, pratiquer aux environs de Lille.

Simulateur pour piloter un gros avion.

Le concept n’est pas nouveau en France, mais il n’a débarqué à Lille que cet été. Aviasim a ouvert, fin septembre, un centre de simulation de vol, rue Jean-Roisin, doté de répliques fidèles et fonctionnelles de cockpits d’Airbus A320. Le but du jeu ? Se mettre aux commandes de la bête et essayer de ne pas finir dans les choux sous l’œil attentif d’instructeurs chevronnés.

Une fois installé à la place du pilote, il suffit de choisir la destination où l’on souhaite se rendre. Parmi les 40 aéroports disponibles en haute définition, on peut se laisser tenter par une virée à Paro, au Tibet, une escapade à Dubaï ou faire un tour dans la baie de Rio. Pour une séance découverte, comprenant un briefing de 20 minutes et 40 minutes de vol, il faudra quand même débourser 99 euros.

Simulateur d’agent secret

C’est le truc à faire pour les personnes atteintes du syndrome Jack Bauer. Le 17 novembre, le John Doe escape game va ouvrir à Lille, rue des Jardins. L’escape game, c’est une nouvelle tendance de jeu de rôle récemment arrivée en France. Les joueurs sont enfermés dans une pièce au décor adapté au scénario de l’intrigue. En une heure, ils doivent résoudre des énigmes et fouiller l’endroit afin de pouvoir s’échapper.

Dans le John Doe escape game, les participants (de 2 à 6) se transformeront en agents d’une organisation secrète et seront envoyés, au choix, soit dans une prison à Prague, soit dans une mine mystérieuse dans le Nord de la France. La séance coûtera la somme de 16 euros à chaque agent en herbe.

Simulateur de chute libre

Se faire une petite chute libre, ça donne envie. Mais encore faut-il avoir le cran de sauter d’un avion en parfait état de marche à plusieurs milliers de mètres d’altitude. Face à ce dilemme, Weembi a trouvé la solution qui permet de « voler » tout en restant sur la terre ferme. Dans le bas d’un silo, de puissants moteurs génèrent un vent dépassant les 280 km/h qui permet aux amateurs de se faire un trip comme s’ils chutaient de 4000 mètres.

Le simulateur, actuellement en construction à Lesquin, devrait ouvrir au public dans les semaines à venir. Il sera, de par le diamètre de ses chambres de vol (plus de 5m), le plus grand d’Europe : jusqu’à huit personnes pourront voler à plat. Le baptême de chute libre comprenant l’équivalent de deux sauts à 4.000 m, sera facturé 59 euros.