Nord: Le village commémore les 600 ans de la bataille d'Azincourt

MEMOIRE Des gendarmes en Playmobil et la Garde républicaine : la commune d’Azincourt, dans le Pas-de-Calais, célèbre le 600e anniversaire de la bataille, célèbre épisode de la Guerre de Cent ans…

Gilles Durand

— 

Le site du champ de bataille d'Azincourt.
Le site du champ de bataille d'Azincourt. — Google Maps

Azincourt se rappelle au souvenir des Français. Dimanche, cela fera 600 ans, jour pour jour, que le roi de France a subi une cuisante défaite face à son homologue anglais au cours de cet épisode de la Guerre de Cent ans. Cette commune de 300 habitants du Pas-de-Calais commémore l'événement avec la participation de la gendarmerie. Explications.

Le premier ancien combattant ? Parmi les 6.000 victimes côté français (contre un millier côté anglais) se trouve un certain Gallois de Fougières, prévôt des maréchaux, l’ancêtre des gendarmes en quelque sorte. « Il s’agit du premier prévôt connu mort sur un champ de bataille », souligne Josselin Gosselin, directeur adjoint du centre historique d’Azincourt.


Il est donc considéré comme le premier ancien combattant honoré comme tel. « Les prévôts des maréchaux étaient les lieutenants du chef d’armée et avaient un rôle de police militaire. Ils étaient chargés de faire régner l’ordre et la discipline au sein des troupes », précise Josselin Gosselin.

Des gendarmes en Playmobil. C'est en hommage à ces prévôts des maréchaux que le centre historique d'Azincourt accueille, jusqu’au 19 décembre, une exposition consacrée aux origines de la gendarmerie. En marge de cette exposition classique, ce sont des personnages en Playmobil (environ 800) qui présentent de façon insolite, jusqu’au 1er novembre, l’évolution de la gendarmerie pendant six siècles.

La Garde républicaine à cheval pour les cérémonies. Les cérémonies du 600e anniversaire commenceront samedi, à 20 h, à Hesdin avec un concert de l’orchestre de la gendarmerie. Dimanche, vers 11 h, aura lieu l’inauguration de la stèle commémorative sur le site du champ de bataille, avec la présence de la Garde républicaine à cheval et de militaires anglais. Cette fois, sans les arcs et les flèches qui ont fait tant de dégats chez les chevaliers français.