Lille: Le Palais de justice toujours bloqué par les avocats en colère

SOCIAL Plus d'une centaine d'avocats lillois bloquent le tribunal de grande instance de Lille pour protester contre la réforme de l'aide juridictionnelle...

Gilles Durand

— 

Les avocats lillois bloquent l'entrée du Palais de justice.
Les avocats lillois bloquent l'entrée du Palais de justice. — G. Durand / 20 Minutes

Plus personne ne rentre. Depuis 7 h, les avocats lillois bloquent le tribunal de grande instance de Lille, ce mardi. Ils protestent contre la réforme de l’aide juridictionnelle proposée par la ministre de la Justice. Les audiences, qui devaient se tenir ce jour, sont renvoyées.

La police déloge momentanément les manifestants

La rue qui longe le palais de justice était aussi bloquée dans la matinée. La police est intervenue, vers midi, pour libérer manu militari les accès au tribunal, provoquant l’indignation des avocats. « Le bâtonnier a vu sa robe arrachée dans la mêlée », rapporte une manifestante. Mais, en début d’après-midi, les avocats ont repris leur blocage.

Grève des commis d’office

L’aide juridictionnelle sert à financer les avocats qui assistent des personnes qui ont peu de revenus. Les avocats qui se chargent de ce genre d’affaires sont alors commis d’office. Plus d’une centaine de robes noires ont décidé de mener cette action car, malgré le mouvement de grève des avocats commis d’office, commencé mardi dernier, certaines audiences se tenaient sans avocat.

« On a été trahis »

« On a été trahis, dénonce une avocate en colère. L’aide juridictionnelle n’a pas été revalorisée depuis des années. Et ce qu’on nous propose, c’est une petite hausse pour les affaires en correctionnelle et une baisse pour d’autres comme, par exemple, les affaires liées aux problèmes de logement qui sont bien plus nombreuses. »

Impossibilité d’assurer la défense

« Cette réforme place la profession dans l’impossibilité matérielle d’assurer la même défense pour tous », souligne l’Ordre des avocats lillois, dans un communiqué.

Il n’y aurait donc plus d’argent dans les caisses pour financer cette aide juridictionnelle. Visiblement, il n’y a plus, non plus, de porte-parole au ministère de la Justice. Contacté, son numéro est « momentanément indisponible ».